Mariage pour le meilleur et pour le pire

 

Dans quel pays se dit-on « oui » le plus souvent ? A quel âge ? Le mariage pour tous existe depuis quand ? Où enregistre-t-on le plus de noces entre majeurs et mineurs ? Statistiques, traditions glauques ou loufoques, rôle des cérémonies… Respect mag vous propose un tour du monde et un voyage dans le temps pour mieux comprendre la coutume du mariage dans sa diversité.

Le mariage a moins la cote en France qu’autrefois

Selon l’Insee, 236 300 mariages ont été célébrés en France en 2015. C’est moins que l’année précédente durant laquelle il y a eu 241 000 unions, dont 4,3 % entre deux personnes de même sexe. La proportion était sensiblement identique en 2013 (4,3 %), l’année où l’on a commencé à célébrer les mariages homosexuels à la mairie. Cette année-là, 231 225 unions ont été célébrées entre personnes de sexe différent. Jamais, depuis l’après-guerre, la France en avait connu aussi peu.
C’est à partir des années 50 que le nombre de personnes à se dire « oui » a augmenté. L’évolution a duré jusqu’en 1972, date à laquelle 417 000 mariages ont été enregistrés, relève l’Insee.

L’inversion des courbes

Selon la sociologue Florence Maillachon, auteure de La passion du mariage (Puf), cette hausse s’explique par « l’allongement de la durée de vie et la marginalité du divorce ». Mais après 1973, le nombre d’unions chute pendant une décennie. Un effondrement qui s’interrompt en 1987, date à laquelle les Français recommencent à se marier davantage. Or, la hausse est temporaire, puisqu’après l’an 2000 (305 000 mariages), ça rechute !
[h5p id=”1″]


Le mariage, c’est aussi des spécificités nationales…

La preuve avec un rapide tour du monde !

Amadou et Mariam, le mariage en musique

Sommaire

Pourquoi se marie-t-on ? La sociologie répond