Pour mettre fin aux violences conjugales, la société civile se mobilise

Crédit : Melodie Descoubes-unsplash
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que la crise sanitaire et les confinements ont accentué le phénomène des violences faites au femmes, des citoyens, associations et fondations n’ont pas attendu pour s’emparer de ce problème et mettre en oeuvre des solutions. Voici lesquelles.

En novembre 2017, la plateforme citoyenne Make.org lançait une grande consultation citoyenne auprès des associations référentes dans la lutte contre les violences faites aux femmes, des grandes entreprises et fondations, des start-up, des institutions et des médias pour mettre fin aux violentes conjugales. Autour de la question « Comment lutter contre les violences faites aux femmes ? », cette consultation a réuni 400 000 participants, 1,25 million de votes et 4 300 propositions. Les idées plébiscitées par les citoyens ont ensuite été transformées, lors d’ateliers collaboratifs, en actions concrètes. Trois ans plus tard, quatre actions inspirées de cette grande réflexion collective ont été ou vont être déployées sur le terrain. Ces dispositifs viennent d’être présentées au ministre de la Justice et à la ministre déléguée en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, le 23 novembre 2020.

Accompagner les victimes de violence

Lutte contre le sexisme dès le plus âge, sensibilisation des policiers, augmentation de de des places d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes figurent parmi les axes d’action proposés qui ont pris la forme de 4 projets très concrets :

Une plateforme pour accompagner les victimes

La plateforme numérique Mémo de vie  , portée par l’association France Victimes, permet aux femmes victimes de violences conjugales et sexuelles, d’initier une première étape pour constituer un historique, de manière complètement confidentielle et sécurisée, avec les dates, les lieux, les situations et les blessures subies (grâce à des photos). Le service sera mis à la disposition de toutes les associations d’accompagnement des victimes et des victimes elles-mêmes.

Sensibiliser les policiers qui reçoivent les plaintes

Le programme Comprendre pour mieux agir conçu par le Collectif féministe contre le viol, en partenariat avec la Police Nationale, va mener une action de sensibilisation à destination des agents de la Police nationale pour améliorer la prise en charge, par les services de police, des femmes victimes de violences, en complément des formations déjà existantes.

Aider les femmes à quitter leur conjoint violent

Le service Abri d’Urgence permettra de mettre à disposition des associations engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, jusqu’à 50 000 nuitées par an de trois à sept jours, complémentaires au 115 et aux dispositifs existants, pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. Le numéro d’écoute 3919 avec les associations locales spécialisées proposeront un accompagnement hors ou en hébergement.

Lutter contre les stéréotypes sexistes dès l’enfance

Chouette, pas chouette ” est un programme de dessins animés qui a pour vocation de sensibiliser les enfants de 4 à 6 ans à la lutte contre le sexisme ordinaire. Il sera diffusé par toutes les grandes chaînes de télévision à partir de janvier 2021 et sera décliné en livrets pédagogiques pour les enseignants. 

Le confinement, un révélateur d’un problème de société

Le nombre d’appels reçus par les services d’écoute des victimes de violences conjugales a bondi d’environ 400 % entre mars et mai 2020. La crise sanitaire a donc révélé un malaise très profond dans la société française, obligeant les pouvoirs publics à réagir. À la demande du ministère de la Justice et du secrétariat d’État à l’Égalité femmes hommes, le Groupe SOS, l’un des acteurs majeurs de la solidarité en France, a mis en place une plateforme permettant d’héberger le conjoint faisant l’objet d’une procédure d’éviction, pour protéger les femmes et les enfants victimes, et leur permettre de rester à domicile. 160 conjoints violents ont ainsi été éloignés de leurs foyers et hébergés ailleurs.


  •  
  •  
  •  
  •  
Written By
Autres articles de Sandra Coutoux
Avec Nadir Dendoune, oubliez l’ascenseur social et grimpez les sommets
31   Le moins qu’on puisse dire, c’est que Nadir Dendoune n’a pas sa...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.