“Il est urgent de valoriser la diversité des talents”

Omar Lopez-Unsplash
  •  
  •  
  •  
  •  

Moussa Sylla, 27 ans, est un entrepreneur social engagé ! Depuis six ans, le créateur de l’Industrie des talents met son énergie et son expérience au services des autres, et plus particulièrement des talents oubliés. Après un parcours scolaire chaotique, il s’est épanoui dans le monde du travail, aux côtés de personnes bienveillantes qui croyaient en lui. Son message aujourd’hui est simple : l’excellence scolaire n’est pas le seul chemin vers l’épanouissement et la réussite.

Comment s’est déroulé votre parcours scolaire ?

J’ai grandi dans une famille nombreuse de Bagnolet (93), aimante et qui croyait en l’école comme vecteur d’ascension sociale. Pour autant de la primaire à la troisième, j’ai été un élève rebelle, qui avait du mal à rester en place pour étudier. À la fin du collège, j’étais insolent avec mes profs et mes notes étaient en chute libre. Je ne rentrais clairement pas dans les cases. Je savais que l’école n’était pas pour moi, alors j’ai arrêté mes études parce que je voulais travailler. Ma mère m’a fait confiance et j’ai décroché un job de serveur dans le 17ème arrondissement de Paris. Cette première expérience a été un déclic : j’étais valorisé, j’avais des responsabilités, j’étais au contact de nouvelles personnes éloignées de mon univers. J’ai ensuite travaillé comme animateur, passé le BAFA, jusqu’à obtenir l’équivalent d’une licence en animation socio-culturel. Avec la même motivation et énergie, j’ai cofondé l’Association des jeunes de Bagnolet, et cela m’a aidé à grandir.

Quelle est la mission de cette association ?

L’AJDB a pour but de favoriser la participation des jeunes dans la vie locale. Nous accompagnons les idées innovantes de jeunes et développons des événements culturels. L’association propose un programme spécifique dédié aux jeunes de 11 à 17 ans, afin de faciliter l’accès aux activités culturelles, artistiques et sportives, et de les encourager dans cette démarche. Je suis depuis peu passé à l’étape suivante, toujours dans l’intérêt des jeunes en créant une entreprise sociale qui a pour mission d’aider les jeunes de 16 à 20 ans à prendre conscience de leurs capacités et de leurs compétences : L’Industrie des talents.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux jeunes et à la société ?

Je ne rentrais pas dans les cases scolaires, et, pourtant, je suis aujourd’hui un entrepreneur social, j’emploie des gens, j’accompagne des jeunes, je contribue à la société. Et cela a pu arriver parce que ma mère, des patrons et des amis m’ont fait confiance. Il y a une diversité de talents et de chemins qui mènent à la réussite, mais le système scolaire a tendance à ne valoriser qu’une seule voie, celle de l’élitisme. Je n’ai rien contre les grandes écoles, mais je pense que la société et nos institutions seraient enrichies par la diversité des parcours et des expériences. Nous avons tous des talents et des formes d’intelligence qui peuvent, une fois identifiés et valorisés, contribuer de manière positive à la société. Il est urgent de valoriser la diversité des talents et des expériences et de se concentrer sur les personnes, leurs forces, leurs envies plutôt que sur leurs résultats scolaires.


  •  
  •  
  •  
  •  
Written By
Autres articles de Sandra Coutoux
En Europe, le nombre de détenus en baisse… sauf en France
3   Un rapport du Conseil de l’Europe sur les statistiques pénales de ces...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.