Ramadan, entre fantasme et réalité

Un musulman prie à la mosquée durant le ramadan
© Pixabay

Beaucoup de musulmans entrent dans une période cardinale de l’année. Elle est une période où les musulmans sont appelés à se concentrer sur la spiritualité et laisser tomber les désirs mondains. Au fond, il s’agit d’une forme de contrat qui consiste à accorder un mois à Dieu contre onze autres dédiés généralement aux affaires du monde.

Pendant ce mois, les musulmans se concentrent sur les prières supplémentaires. Aussi, en plus des cinq prières quotidiennes, les musulmans sont appelés à observer la prière du Tahajjud, prière du soir qui prend place pendant ce mois béni. Au fond, le Ramadan est avant tout une expérience spirituelle, loin devant les fantasmes qu’il peut évoquer aux yeux de personnes connaissant peu la foi musulmane.

On est en effet bien loin des remarques classiques que les musulmans peuvent entendre : « tu manges beaucoup de couscous le soir », « tu n’as pas soif » et autres remarques du genre. Ce qui aide les musulmans à tenir pendant cette période est la croyance ferme et sans équivoque et la glorification constante de Dieu.

Une obligation coranique et une ascension spirituelle

« Ô vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit tout comme il a été prescrit à vos devanciers, afin que vous adoptiez la piété. Le jeûne prescrit est pour un nombre de jours déterminé mais quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours ; et pour ceux qui ne peuvent jeûner qu’avec difficulté, il y a une expiation : nourrir un pauvre. Et quiconque fera le bien de son propre gré, c’est mieux pour lui » (Coran, chapitre 2, versets 184 à 186).

Le Coran en conséquence prescrit clairement la pratique du jeûne. Pendant ce jeûne, il faut appeler à la charité et les musulmans sont encourager à y appeler aux bonnes œuvres. Dans une parole du Prophète de l’islam, la charité est appelée de la manière suivante : « Ô gens ! Vous allez entrer dans un important mois, un mois béni, un mois qui contient une nuit qui est meilleure que mille mois. Allah a rendu son jeûne obligatoire et les prières faites au cours de ses nuits surérogatoires. Quiconque y accomplit une bonne œuvre surérogatoire est comme quelqu’un qui observe une action obligatoire en dehors de ce mois. Quiconque y accomplit une action obligatoire est comme quelqu’un qui accomplit 70 actions obligatoires en dehors du Ramadan. » (Baihaqi, hadith 3608)

C’est la raison pour laquelle il faut traiter, pendant ce mois du Ramadan, les personnes avec beaucoup plus de respect qu’usuellement. Il faut exceller dans l’aide aux personnes. Elément simple qui se produit tous les jours à Paris est la nécessité d’une aide à l’entrée d’une bouche de métro. Combien de femmes munies de poussettes demandent simplement à ce qu’on leur prête la main pour entrer dans le métro : ces occasions, pour les musulmans, si elles se présentent comme du bronze ou de l’argent pendant une période normale, elles deviennent en or pendant le Ramadan.

Lorsque l’islamophobie refait surface pendant le Ramadan

On voit circuler, sur l’ensemble des réseaux sociaux, plusieurs fils de discussions dans lesquels certaines personnes qui ne sont pas de confession musulmane affirment « qu’elles s’en foutent du Ramadan » ou encore que si elles étaient invitées, elles amèneraient « un saucisson pinard ». Cette position, si elle traduit d’une islamophobie et d’un manque de tolérance ouverts, montre également à quel point elles n’ont pas connaissance de l’importance que revêt le jeûne pour les musulmans.

Dans plusieurs paroles du Prophète de l’islam, il afffirme que « Quiconque prie avec foi et en faisant son évaluation personnelle durant ce mois sortira de ses péchés aussi purs qu’il l’était lorsque sa mère lui donna naissance. » (Sunan Al-Nasa’i, Kitab Us-Siyam, Hadith 2179. Ailleurs, nous pouvons lire que « Si seulement ma communauté savait ce qu’est le Ramadan, elle aurait souhaité que toute l’année soit Ramadan. » (Al-Targhib wat-Tarhib, Kitab-Us-Sawm, At-Targhib Fi Siyyam Ramadan).

Véronique Dousti nous rappelle également à juste titre que le Ramadan correspond également à la commémoration de la révélation coranique. Il est également un moment où les musulmans essaient une intense introspection et tentent d’évacuer tous méfaits.

Aïcha, une des épouses du Prophète de l’islam, raconte également que « A aucun autre moment de l’année, le Messager d’Allah, que les éloges et le salut soient sur lui, redoublait d’efforts comme il le faisait durant ces dix derniers jours [du ramadan] ». (Muslim, Kitab-Ul-Itikaf, Bab Jihad-Fil-Ashr).

C’est la raison pour laquelle il s’agit d’un appel aux islamophobes d’arrêter d’attaquer ce mois béni et d’en comprendre la philosophie. Il s’agit également pour les musulmans de comprendre que le déodorant, la belle jellabah et les autres aspects de forme, ne sont pas fondamentaux (même s’ils demeurent très importants).

Le jeûne est donc le bouclier qui permet de lutter contre ses passions. Ses bénéfices commencent à être reconnus depuis bien des années par la communauté scientifique : on parle même de jeûne thérapeutique. C’est également la raison pour laquelle j’ai lancé, avec la communauté musulmane ahmadiyya de France, #FaisLeRamadanAvecUnAmiMusulman consistant pour un non-musulman de se joindre à nous pendant ce mois béni et d’en éprouver, pendant une journée, l’ensemble des bienfaits que les musulmans peuvent en puiser !

Asif Arif est avocat au Barreau de Paris et chargé d’enseignement à l’Université Paris Dauphine. Il intervient ponctuellement en  «  libertés publiques » à l’Ascencia Business School. Il milite depuis plusieurs années en faveur des minorités religieuses. Asif Arif est l’auteur de « L’Ahmaddiyya : un Islam interdit. »

Les propos de l’auteur n’engagent pas la rédaction.


Autre article écrit par Contributeur Respect Mag

“Vallauris : l’égalité pour tous jusqu’au roi d’Arabie saoudite ?”, par Philippe Bilger

166  Philippe Bilger revient, pour Respect Mag, sur la privatisation par le roi...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.