Qui est Élisabeth Moreno, nouvelle ministre chargée de l’égalité femmes-hommes ?

Qui est la nouvelle ministre de l'égalité femmes-hommes ?

Élisabeth Moreno, femme d’entreprise et inconnue du grand public, remplace Marlène Schiappa au poste de ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes.

Élisabeth Moreno était jusqu’à présent présidente d’HP Afrique et avait dirigé pendant un temps le groupe chinois Lenovo en France. 

Originaire du Cap-Vert, cette patronne a déclaré, à sa prise de fonction surprise, vouloir prolonger l’action de Marlène Schiappa, qui a hérité du portefeuille de la citoyenneté. Elle a également assuré souhaiter « imprimer sa marque », notamment sur les questions de diversité et d’égalité des chances.

« L’égalité entre les femmes et les hommes est le plus beau combat de notre époque. Ce n’est pas une bataille des sexes, a-t-elle estimé. Il n’y a pas de plus grande complémentarité que celle des hommes et des femmes. » Or, « les violences et les discriminations ne sont pas encore en voie d’extinction. Beaucoup reste à faire pour les femmes, les petites filles, et les générations futures », a-t-elle ajouté, se présentant comme une « mère et une cheffe d’entreprise ».

Je ne veux surtout pas que les hommes se sentent gênés

En 2018, elle avait été interviewée dans le magazine du Groupe Iionis. On lui demandait comment favoriser la mixité et la diversité.

Voici sa réponse :

« C’est bien d’en parler, mais si vous ne donnez pas l’exemple, cela ne peut pas fonctionner. (…) Le monde de l’entreprise fonctionne avec des règles très masculines et la plupart des dirigeants sont des hommes. Quand vous êtes un homme, vous allez naturellement vers un autre homme car cela vous rassure, vous savez comment il fonctionne… J’attache beaucoup d’importance à l’éducation et à la formation des managers pour qu’ils comprennent ce que signifie la diversité, pas seulement la diversité de genres, et faire en sorte qu’on se sente à l’aise à travailler ensemble. Je ne veux surtout pas que les hommes se sentent gênés, car ils auraient le sentiment qu’il n’y en a que pour les femmes !”

Et de poursuivre : « Les blagues à la machine à café sont très importantes, car il ne faut pas qu’on se sente verrouillé et qu’on ne puisse plus s’exprimer. Je ne veux pas d’un climat de défiance où le sexisme met tout le monde mal à l’aise et où chacun mesure constamment chaque mot qu’il utilise… Quand chacun se sent respecté, l’organisation fonctionne bien. »

“Les mentalités évoluent vite”

Pour elle, poursuit l’alors patronne, « les mentalités évoluent vite. Le pouvoir politique a enfin compris l’importance de l’égalité entre les hommes et les femmes dans le cadre professionnel. Ce n’est pas par pitié, ni pour faire l’aumône. Il y a un indéniable intérêt économique à ce que les hommes et les femmes trouvent leur place dans la société. Nous assistons à une véritable guerre des talents : vous devez faire en sorte d’avoir les meilleures personnes aux meilleurs endroits pour être compétitif au niveau national et international. Les femmes représentent plus de 50 % de la population. Si l’on n’intègre pas 50 % de la population, comment voulez-vous que l’on gagne cette guerre des talents ? C’est insensé. Il y a à la fois un intérêt sociétal et économique. Les gens sont heureux dans une société mixte. Quand tout le monde se ressemble et pense de la même manière, cela amène à faire des erreurs ».


Plus d´articles de Philippe Lesaffre

Comment intéresser les jeunes aux élections européennes ?

    DOSSIER – Une minorité des 18-24 ans seulement déclarent vouloir voter le...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.