” Métamorphoses”, la pièce qui transforme les femmes

La pièce Métamorphoses au théâtre de la Tempête
Crédit : Cha Gonzales

CULTURE – Métamorphoses, actuellement à l’affiche du théâtre de la Tempête à Paris, nous offre une relecture des mythes d’Ovide par le prisme de la violence faite aux femmes. Comment la transformer, la dépasser ? Sur scène, des femmes migrantes hébergées à La Maison des femmes de Saint-Denis jouent aux côtés de comédiennes professionnelles. Rencontre avec la dramaturge Sarah di Bella, qui a participé à ce projet.

Comment est née cette adaptation de l’œuvre d’Ovide ?

Cette pièce est née d’une rencontre entre des femmes migrantes originaires d’Afrique subsaharienne, au parcours difficile et le metteur en scène Luca Giacomoni. Pendant quatre semaines, il a animé un atelier pour aider ces femmes victimes de violences à dépasser leur passé traumatique et à se reconstruire grâce au théâtre. Leurs histoires ont inspiré cette relecture du poème d’Ovide. Chacune des femmes impliquées dans ce projet a pu apporté sa vision des métamorphoses qui touchent les personnages des mythes. Cela a été une expérience humaine et artistique bouleversante.

Quel effet cette pièce de théâtre a-t-il eu sur ces femmes au passé douloureux ?

Elles parlent aujourd’hui de guérison. Et pour certaines, cela s’est traduit par des changements physiques. Leurs problèmes de sommeil, de peau ont disparu pour certaines. Elles nous disent qu’elles ont retrouvé confiance en elles. Pourtant, cela n’a pas facile, pour elles, au début de la collaboration,d’accepter la présence masculine de Luca auprès d’elles. La métamorphose de ces femmes est vraiment stupéfiante. L’expérience a aussi profondément marqué les comédiennes professionnelles, confrontées au jeu très juste de ces femmes.

Quelle lecture des mythes d’Ovide, nous propose votre pièce ?

Nous parlons de violence, une violence qui n’a pas de sexe, car elle peut venir des femmes et des rituels perpétrées par les femmes, comme l’excision par exemple et par les hommes ou l’institution. Nous parlons surtout de comment survivre à cette violence, et de comment l’expérience de la violence peut-elle aussi être dépassée par la métamorphose de l’esprit et la réflexion. Ovide offre peut-être un chemin pour aider les femmes à reprendre le pouvoir sur leur vécu. C’est une lecture très actuelle et sensible d’une oeuvre antique.

A écouter aussi Luca Gioacomoni, metteur en scène de Métamorphoses

Métamorphoses à voir au théâtre de la Tempête, route du champ de manoeuvre, 75012 Paris, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h jusqu’au 14 février 2020.


écrit par
Plus d´articles de Sandra Coutoux

Couple : que veulent vraiment les hommes ?

    Dans le 21ème Homme, Aurélie Levy, explore la masculinité à travers le...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.