Montée de l’antisémitisme : “La haine de la haine, c’est toujours de la haine”

rassemblement contre l'antisémitisme

Quelques jours après un rassemblement contre l’antisémitisme organisé Place de la République, à Paris, ce fléau continue de se répandre jusque dans les réseaux sociaux, posant la question de l’anonymat des profils tenant des propos haineux. Décryptage.

Les réseaux sociaux sont un terrain fertile pour la liberté d’expression, mais aussi le lieu de tous les dérapages. C’est une arène propice aux pires commentaires xénophobes, homophobes… et antisémites.

Les croix gammées peintes sur des tombes du cimetières israélites de Quatzenheim (en Alsace), les « retourne en Israël, sale sioniste » adressées à l’encontre du sulfureux philosophe Alain Finkielkraut en marge d’une manifestation des gilets jaunes semblent avoir réveillé une tension qu’on voyait moins depuis quelques temps. Il y a quelques jours, dans le RER, un tag, à la fois raciste et antisémite, visait cette fois le prodige du football français Kylian Mbappé. On ne reprendra pas ici les propos de ce tag tant ils sont abjects.

« Tout le monde en a besoin »

Alors, après l’horreur surgit inéluctablement – et c’est heureux – l’union. Lancé à la suite d’un appel à l’initiative du premier secrétaire du PS , un rassemblement contre l’antisémitisme a eu lieu Place de la République, à Paris. Anne Rosencher, la directrice déléguée de la rédaction de L’Express, qui suit la question de près, témoigne :

« Je ne pouvais pas y être parce que je réagissais à cette même manifestation sur BFM TV. Mais ça fait du bien, tout le monde en a besoin dans une optique de réconciliation nationale. Il y a la volonté de dire : “OK, il y a la prise de conscience d’un mal” », dit-elle. Mais, car il y a un mais, « cette émotion, ce réconfort, restera du domaine de l’impuissant tant qu’il n’y a pas de diagnostic. »

Selon l’éditorialiste, c’est celui là : l’antisémitisme vient à la fois de l’extrême droite, mais aussi de l’islamisme, qu’il ne faut pas nier. « Pour la gauche, l’antisémitisme viendrait plutôt de l’extrême droite. Pour la droite, ce serait dû à l’islamisme », dit notre consœur, qui « en veut par ailleurs au ministère de l’Intérieur de ne pas communiquer de statistiques » afin de combattre plus efficacement le mal.

« Une thérapie contre la peur »

Pour le rabbin Floriane Chinsky, l’une des seules femmes rabbins avec la très médiatique Delphine Horvilleur, « l’important, c’est de se sentir ensemble. En ce sens, ce rassemblement a fait du bien, c’est une thérapie contre la peur, on a besoin de cette chaleur », nous dit-elle poétiquement. La poésie de ces propos laisse place à des propositions, elles, bien concrètes pour cette juive pratiquante qui, par ailleurs, anime des débats inter-religieux chaque premier mercredi du mois au Café des Psaumes (Paris 4ème).

Elle a une solution que Respect mag connaît bien : l’éducation aux médias dans les écoles afin de « lutter contre les théories du complot », porte ouverte à l’antisémitisme. Car, selon elle, « la haine de la haine, c’est toujours de la haine ».


Plus d´articles de Mounir Belhidaoui

Logement : des toits sociaux et solidaires

27   En France, le réseau associatif est un levier pour actionner du lien...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.