Camille Boillet, couturière sur-mesure

camille-boillet-styliste-beaucoup-hommes-ont-mal-accorder-credit-une-jeune-femme
Crédits : DR

La styliste conçoit des vêtements accessibles pour personnes en situation de handicap, notamment des robes de mariées ! Cela fait d’elle la personne idéale pour relier, vestimentairement, l’idée-même de l’inclusion. Pour ce troisième épisode de notre partenariat avec le magazine l’Handispensable, focus sur cette belle initiative !

« Le handicap, dans la famille, était au cœur de nos conversations ! » confie d’emblée Camille Boillet. Cette dernière a reçue début juin l’un des « Trophées des Perles » décerné par Yoplait et qui récompense des femmes portant des projets rendant les femmes plus belles (sic !). Il faut dire qu’avec son quart de siècle, la Rouennaise s’est engagée très tôt vers l’autre et la différence !

« J’ai toujours était passionnée par la couture. Petite, avec ma grand-mère, j’apprenais les bases. Quand je suis sorti de mon Bac Pro, j’ai de suite eu envie de me rendre utile. A l’époque, j’étais un peu ronde et je m’apercevais qu’il n’y avait pas grand-chose pour les personnes qui sortaient des standards physiques et, principalement, les personnes en situations de handicap qui avaient leurs problématiques ! », ajoute-t-elle. Camille monte donc son autoentreprise Camille Boillet Couture. Sa rencontre avec Muriel Robine, dirigeante de Cover-Dressing, un établissement de mode accessible, va être déterminante… « Elle m’a fait confiance et j’ai pu en tant que styliste participer à un défilé. Cela m’a lancé ! ». Camille a depuis réalisé de nombreuses robes de mariée ou de soirée pour des femmes sortant de la norme.

Ascension accessible

« D’abord, il y a la rencontre où la personne m’explique ses particularités et ses souhaits. Je dessine alors un patron sur du papier qu’elle valide ou que je retravaille à main levée en fonction des demandes. Je couds ensuite le papier avec un tissu. Puis, j’assemble prototype. On fait des essais, on retouche parfois et une fois que l’ensemble est validé, je coupe dans le tissu de son choix et je livre le vêtement finalisé… Le plus compliqué, c’est souvent quand il y a un appareillage type fauteuil. Il faut repenser le patron en facilitant l’enfilage, en ouvrant l’habit… j’ai même inventé un système pour pouvoir avoir une traine ou une robe longue… Je m’adapte en fonction de la personne. C’est du sur-mesure et c’est ce qui m’anime dans ce métier ! », affirme Camille.

A noter que la jeune normande avait remporté en 2016 le Prix Jeunes Talents LVMH, ce qui lui a ouvert les portes de la Fashion Week de Berlin, où elle a clôturé le défilé avec deux de ses créations dont une robe de mariée adaptée aux femmes en fauteuil roulant.

Pour l’anecdote, la première année d’exercice, Camille a « travaillé » pour sa tante Dominique qui est atteinte de nanisme. « Elle a voulu défilé en robe de mariée et, à l’issue de la manifestation, elle m’est tombée dans les bras en me disant qu’elle s’était sentie belle ! Du coup, elle a rencontré quelqu’un peu de temps après et nul doute que, s’il y a mariage, je serai la « petite main » qui réalisera la robe de la mariée ! », s’amuse-t-elle. Camille a deux objectifs. Le premier : apporter une solution vestimentaire à toutes les femmes et le second : faire évoluer les regards et les mentalités ! « Ce sont mes combats ! Que chaque femme quel que soit son physique ou son handicap puisse se trouver belle et se sentir bien dans ses vêtements ! ». Elle ajoute : « Beaucoup de ses clientes sont devenues des amies… « Ce sont le plus souvent de très belles rencontres ! ».

La couturière, grâce à son récent Trophée et le chèque de 5 000 euros qui allait avec, va pouvoir renouveler ses machines à coudre et ouvrir sur son site une boutique afin de toucher le plus grand nombre. Il y a des demandes et Camille est là pour les satisfaire. C’est plus qu’un créneau, c’est mon crédo. Le « bien porter » n’est pas que pour les bien-portants !


écrit par
Plus d´articles de Handispensable

L’association Comme les autres, le rebond par le sport

17   L’association Comme les Autres, créée par Carolyn Jérémiasz-Aldridge, Michaël Jérémiasz et Jonathan...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.