Festival Black Movie Summer, un “cinéma afro pas forcément mis en avant”

Festival Black Movie Summer
Crédits : BME

Comme les aficionados de Respect mag le savent, le Festival Black Movie Summer s’invite à nouveau, pour cette neuvième édition, dans ce beau et grand débat permanent qu’est le cinéma. Occasion est pour son organisatrice, Laetitia Nya, de nous en dire un peu plus. Moteur ! 

Qu’est-ce que le Festival Black Movie Summer ?
C’est un festival de cinéma qui a lieu chaque été depuis 9 ans. L’objectif de cet événement est de promouvoir le cinéma noir, issu de sa diaspora. On y verra des courts et longs-métrages de réalisateurs afro-descendants, africains et même d’Amérique latine, en tous les cas de culture noire.

J’ai regardé votre programmation que vous avez décliné sur le thème de la capsule temporelle. Pouvez-vous nous en dire plus ?
L’idée est de voyager à travers l’évolution du cinéma noir. Il y a un documentaire sur le réalisateur Ousmane Sembene, un des pionniers du genre. Il y aura également des films plus récents, dans l’optique de permettre au spectateur de voyager à travers toutes les époques de cette culture.

Vous présentez ce festival dans ce que vous nommez le « berceau du cinéma », à savoir la ville de Montreuil…
C’est vraiment nouveau pour nous, cette année, d’organiser ce festival à Montreuil. On a choisi cette ville car elle est historique cinématographiquement parlant. L’industrie du cinéma a trouvé ses racines dans cette ville. Nous avons donc contacté le Méliès (une salle de cinéma à Montreuil, ndlr), qui est indépendant et réputé pour cela depuis fort longtemps. L’équipe était très heureuse lorsqu’elle a reçu une réponse positive. Ça nous tenait à cœur d’avoir un espace où proposer de la diversité.

Il y a donc une volonté d’en revenir aux origines du cinéma noir, mais du cinéma plus généralement…
Tout à fait. Ce qu’on a remarqué depuis 9 ans, c’est que le cinéma noir n’est pas forcément mis en avant. En France, les réalisateurs ayant une origine africaine n’ont pas beaucoup de visibilité. Ils n’ont par ailleurs pas forcément les moyens de réaliser leurs courts-métrages et de les diffuser. C’est un cinéma qui n’est pas mis en valeur, ce qui est dommage.

Vous allez présenter durant ce festival le film de Spike Lee, Black Kklansman, l’histoire d’un policier américain qui a infiltré le Klu Klux Klan et qui le raconte dans un livre. Quel message voulez-vous délivrer avec cette projection ?
Pour nous, c’était vraiment très important de diffuser ce film, car Spike Lee est un réalisateur de génie, et il ne faut pas oublier qu’ici nous avons l’association de deux réalisateurs brillants : Spike Lee et le réalisateur Jordan Peele (Get Out), qui a produit ce film incroyable. Ensuite, cette année, la thématique est la capsule temporelle, et il nous fallait trouver un film, avec un sujet d’actualité, qui soit ancien ou récent. Ce film était de toute évidence le combo parfait ! Les brutalités policières envers la communauté noire, le racisme sont des sujets très forts et malheureusement ancrés dans notre histoire. C’est important pour nous de véhiculer un message historique à travers le choix de nos films. Car le but c’est également cela : avoir en tête une trace de notre histoire. Le passé, le présent et le futur.

Quelles sont les autres activités que vous allez présenter en marge de ce festival ?
Il y aura des talks (conférences, ndlr) où nous feront intervenir des spécialistes autour de sujets donnés, auxquels le public pourra librement participer. Nous allons aussi mettre en place des stands commerciaux où on pourra trouver des produits africains. Il y aura régulièrement des lives retransmis sur les réseaux sociaux afin que chacun puisse profiter de ce beau festival !


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

Logement : des toits sociaux et solidaires

273  En France, le réseau associatif est un levier pour actionner du lien...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.