Abdellah Boudour et sa Dictée pour tous : “Notre projet peut traverser toutes les frontières”

Abdellah boudour dictee pour tous
Crédits : Force des mixités

Avec son association Force des mixités, celui qu’on appelle le Bernard Pivot des cités s’est donné pour mission d’inséminer une belle dose de culture dans les quartiers populaires. Le tout avec ambition et énergie. Entretien. 

Peux-tu nous présenter Force des Mixités ?
C’est une association d’Argenteuil. Son but est de valoriser le vivre-ensemble, et de répondre aux problèmes que connaissent les habitants des quartiers. La précarité, l’aide aux devoirs, l’accès à la culture en sont des exemples. Au départ, on se battait pour détruire les barrières qu’il y avait entre les cités. Plus l’association grandissait, plus nous prenions conscience des problématiques que vivent les habitants, notamment les familles monoparentales en grande précarité. Nous avons évolué en fonction de ces problématiques.

Comment s’est fait cette évolution ?
De l’organisation d’un tournoi de foot, avec comme mot d’ordre principal le respect entre les quartiers. De cet événement a découlé une prise de conscience : des mères élevant seules leurs enfants sont dans une grande pauvreté, on a donc décidé de les aider via de la distribution de denrées alimentaires. On a aussi organisé des plans de solidarité avec remise de packs d’eau pour les personnes âgées et invalides. On s’est aussi rendu compte que de plus en plus de jeunes possesseurs de smartphones orthographiaient de plus en plus mal. C’est comme ça qu’on a organisé des dictées.

Abdellah Boudour Bernard Pivot
Bernard Pivot et son double. Crédits : Force des mixités

L’idée est-elle aussi de reconnecter ces jeunes au monde de la culture ?
C’est certain. Tous les quartiers prioritaires de politique de la ville ne possèdent pas une bibliothèque. Malheureusement, beaucoup de ces enceintes se trouvent dans les centres-villes… Il n’y a même pas de bibliothèques mobiles proposant gratuitement des livres ! Il y a un cinéma, dans quelques cas un théâtre, mais ils restent payants et hors de portée pour beaucoup de ces jeunes. La culture reste la base, et je veux continuer petit à petit à en disséminer dans les quartiers.

Parlons de ton édition de la Dictée pour tous que tu as organisé au Cameroun, avec l’artiste Dadju. Veux-tu continuer à les organiser en Afrique ? Quel est le message ?
Comme tu le sais, on a lancé ça en 2013 avec l’objectif de l’organiser dans les cités, en fédérant bien au-delà, dans les villes. L’ancien nom de l’initiative, Dictée des cités, pouvait paraître quelque peu excluant. On a donc décidé de la renommer Dictée pour tous. L’idée d’aller en Afrique est, dans un premier temps, de faire grandir l’idée. Notre projet peut traverser toutes les frontières. Le but est de valoriser l’événement et la langue française, accompagnés de personnalités sensibles à la chose. Une petite orpheline qui a eu zéro faute sur une dictée m’a impressionnée : on lui a offert des livres, en espérant qu’elle aille au bout de ses rêves.

Quelles seront les prochaines échéances de ton association ?
Le 1er septembre, à la rentrée, on fête les cinq ans de la Dictée pour tous, sur la dalle d’Argenteuil, avec distribution de fournitures scolaires. Le lendemain, on sera à Marseille, dans les quartiers nord, pour une nouvelle édition. En octobre, on sera au Maroc, sur le modèle de ce qu’on a fait au Cameroun. On a aussi un projet au niveau national par rapport à la place des femmes dans les quartiers populaires. On attend, pour 2018, l’éventuelle organisation d’une Dictée au Palais de l’Élysée.

Une Dictée pour tous à Bagnolet 


Autre article de Mounir Belhidaoui

“Sarcellopolis” : Respect mag vous propose de voir le documentaire complet

110   Sarcelles est une ville-symbole, à l’identité multiculturelle forte. Ce visage aux multiples...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.