En France et dans le monde, une actualité riche en émotions

Crédits : ABC 13

ÉDITORIAL – En France et ailleurs, les événements récents ont insufflé en nous une profonde réflexion, nimbée d’impressions passant de la tristesse à la fierté en passant par une suprême indignation. 

Le week-end qui vient de s’écouler fut lourd en émotions pour le moins contradictoires. En effet, nous avons successivement connu la tristesse, la colère, et un certain sentiment de gratitude. De la tristesse tout d’abord : pour la famille d’Arnaud Beltrame, gendarme héroïque qui a sacrifié sa vie en échange d’un otage lors de l’attaque terroriste survenue vendredi 23 mars dans l’Aude. Nous tenons à présenter nos sincères condoléances et à faire le témoignage de notre amitié aux proches de ce Monsieur qui continuera de tenir bonne place dans la mémoire collective et d’être érigé en exemple.

Arnaud Beltrame, un exemple pour tous. Crédits photos : Ouest France 

La violence ne résout rien

La colère, ensuite, contre ces militants d’extrême-droite qui ont agressé avec brutalité (leur seul argument) des étudiants qui occupaient (pacifiquement) un amphithéâtre de la faculté de Montpellier. Le prétexte leur en a été donné à l’occasion d’une journée de mobilisation nationale pour la défense du service public. Le but ? Les en déloger, avec ce qui aurait semblé être l’approbation du doyen de la faculté. En effet, ce dernier aurait ouvert la porte à une dizaine d’écervelés cagoulés, armés de lattes de bois et de tasers. Rien ne justifiait une telle violence. Mis en cause, le doyen de la faculté a démissionné. Personne ne le regrettera.

De la gratitude enfin, étant entendu qu’il est important pour nous de finir ce texte d’humeur sur une jolie note. Celle qu’on attribue à ces américains qui, pour près d’un million d’entre eux, ont marché contre les armes à feu, dimanche dernier. Le message adressé à Trump (qui jusque-là s’est enfermé dans un effarant mutisme) est clair : en finir avec cette pratique de la liberté du port d’armes. Cette dernière a fait, sur la seule année 2017 au pays de l’Oncle Sam, 11 650 morts source : Gun Violence Archive). Les États-Unis, une des patries des droits de l’homme tant vantés par les livres d’Histoire, ne saurait vivre longtemps avec ce grand boulet tâché de sang d’innocents qui aspiraient, eux, à vivre en paix.


Autre article de Mounir Belhidaoui

« Lettre ouverte aux Français », Dalil Boubakeur nous parle de son livre événement

    Le recteur de la Grande Mosquée de Paris publie, aux éditions Kero,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.