Les 3 grands chantiers d’Emmanuel Macron dans les quartiers pour 2018

Pendant la campagne, le candidat Emmanuel Macron jouait au foot à Sarcelles. Martin Bureau AP/SIPA

Lorsqu’il avait déclaré sa candidature à Bobigny en Seine-Saint-Denis, le président de la République avait envoyé un message fort à destination de la banlieue. Autre symbole, le chef d’Etat a adressé ses vœux à la jeunesse à travers une vidéo publiée sur Facebook. La rédaction vous propose un panorama des trois thèmes à aborder par la majorité afin de marquer des points dans les quartiers.

1. Emploi

Il s’agit de toute évidence du sujet principal. Le cœur même de la réflexion du mouvement de La République En Marche pour sortir les banlieues du marasme actuel. Casser ce chômage de masse latent qui « s’est installé depuis parfois plusieurs décennies » selon le chef de l’Etat.

On vous rappelle les chiffres : un taux d’activité de 44% (64% à l’échelle nationale), un taux de chômage de 25% (contre 9,5%). Oui les quartiers prioritaires sont en retard. Ce constat ne date pas d’aujourd’hui comme l’a rappelé Emmanuel Macron lors de son discours à Roubaix, à l’occasion des 40 ans de la politique de la ville le 13 Novembre 2017. Le chef de l’Etat a poursuivi en affirmant qu’il n’accepterait pas que « le taux de chômage soit près de trois fois supérieur aux autres territoires, que moins de la moitié des femmes soient en activité et, lorsqu’elles le sont, dans des emplois fragmentés, précaires ».

Quelles seront les mesures de la majorité qui iront en faveur de l’emploi dans les quartiers ?

  • Stage au collège : Le président souhaite confier aux principaux de collège la responsabilité de trouver les stages de troisième en entreprise. Deuxième aspect : le renforcement de l’internat afin de favoriser l’apprentissage. Cette réflexion a le mérite de prendre en compte en amont un constat accablant pour les collégiens des quartiers puisqu’ils ont huit fois moins de réussite au brevet des collèges. Notons que sur cet aspect-là aucune date sur la mise en place du dispositif n’a été donné.
  • Emplois francs : C’est la mesure phare du quinquennat concernant les quartiers prioritaires. Elle sera créée et mise en place avec une phase expérimentale dès 2018. Concrètement elle consistera à subventionner toute embauche en CDI ou CDD de plus de six mois d’un demandeur d’emploi résidant dans un des 1500 quartiers prioritaires. Lors de cette phase expérimentale 10 000 emplois seront budgétés.
  • Contrats aidés : Enfin, 200 000 emplois aidés seront maintenus et prioritairement affectés aux territoires les plus fragiles.

Toutefois, le bémol reste dans l’absence d’un dispositif spécifique concernant l’accompagnement personnalisé. Ces systèmes de parrainages ont largement fait leurs preuves. On peut citer des exemples comme l’association Nos quartiers ont des talents (NQT) ou encore Les Déterminés qui viennent d’officialiser un partenariat avec la prestigieuse entreprise Mazars. On sait que le Secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi est particulièrement attentif sur ce thème. Ainsi, on espère qu’il sera entendu par le Président de la République au même titre que l’accompagnement des entrepreneurs de banlieue. Un sujet qui avait été au cœur de la campagne du candidat Emmanuel Macron. Il avait même permis à l’association Start’up Banlieue d’émerger et de se développer.

Pour lutter contre les discriminations à l’embauche, Emmanuel Macron étend renforcer « les moyens pour lutter contre ces discriminations ». Il est question d’un « testing » d’entreprises privées en vérifiant si les recruteurs pratiquent une politique discriminatoire. L’idée serait de publier les noms des entreprises défaillantes.

Quant au CV anonyme, mesure promise par l’ex-président Hollande et non appliquée pendant le quinquennat, il semble être définitivement enterré. Le gouvernement devrait prochainement se pencher sur une amélioration de l’accès à l’emploi public pour les habitants de banlieue.

2. Accès aux services

« On compte deux fois moins de médecins, cinq fois moins de crèches, sans parler des bureaux de poste qui ont fermé, de transport qui tardent à arriver, des bibliothèques aux horaires inadaptés ». Ces mots sont ceux d’Emmanuel Macron à Roubaix qui dresse un portrait sans concession concernant l’inégalité d’accès aux services publics pour les habitants de quartiers prioritaires. Il faut reconnaître que la volonté de « casser les inégalités » pour « mieux répartir les richesses » est réelle. Le président « veut tenir un discours de mise en capacité ». Pour y parvenir, il entend s’entourer d’un « conseil présidentiel » constitué de « jeunes issus de quartiers ayant réussi leur vie professionnelle ». Durant cette année il devrait annoncer une série de mesures visant « à changer le quotidien des habitants autour de deux axes prioritaires : l’effectivité de l’accès aux droits, et l’émancipation et la mobilité par l’emploi ».

Les dispositifs en question :  

  • Dédoublement des classes de CP dans les quartiers prioritaires, doublement des maisons de santé, augmentation des aides à la garde d’enfants pour les familles monoparentales.
  • Le deuxième axe concernera les crédits à la rénovation urbaine qui seront portés à 10 milliards d’euros et financés principalement par les organismes HLM. Il s’agira d’un volet important pour lutter contre l’insalubrité et la précarité des habitations dans les quartiers.
  • Enfin, les dotations aux collectivités territoriales seront maintenues et augmentés cette année à hauteur de 90 millions d’euros. Le président souhaite placer le secteur associatif et les collectivités au centre des débats concernant les quartiers. Une logique de « continuité avec le quinquennat précédant » selon Patrick Kanner l’ancien Ministre de la Jeunesse et des Sport présent à Roubaix.

3. Sécurité publique

De toute évidence, après les heurts de Champigny survenus lors de la Saint-Sylvestre, la sécurité sera au cœur des débats concernant les quartiers prioritaires. En effet, les relations entre les habitants et les forces de l’ordre n’étant pas au beau fixe, le Président par l’intermédiaire de son Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb devra réfléchir aux meilleurs dispositifs pour assurer la sécurité des habitants dans ces quartiers. Ainsi, un rapport publié le 7 décembre 2017 par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) montre que 43% des personnes interrogées se sentant en insécurité dans leurs quartiers ont déjà refusé de sortir pour cette raison. Le ministère de l’Intérieur ajoute que : « la gêne occasionnée par la présence de délinquants augmente très significativement avec la taille des agglomérations ».

Les actions prévues par le gouvernement dans ce domaine :

  • La police de sécurité du quotidien (PSQ) : Après un discours « fondateur » sur la sécurité publique en Octobre 2017, le Président de la République a détaillé les contours de la PSQ à Roubaix. Plus précisément, elle « ne sera pas le retour de la police de proximité » selon ses dires. Une façon pour LREM d’étouffer les critiques de la droite. En effet, ces derniers ont longtemps considéré la Pol’ Prox comme « une lubie de la gauche ». La PSQ conduira elle à « des stratégies et des solutions de sécurité négociées avec les élus, avec les associations de quartiers » a indiqué le Président. En outre, le dispositif sera la clef de voute pour rétablir le dialogue entre la population et la police. Ce dialogue est fortement rompu depuis les affaires Traoré et Théo qui avaient marqué le quinquennat précédent. François Hollande n’avait d’ailleurs pas tenu sa promesse de rétablir la police de proximité bien qu’il en avait fait le 30e de ses 60 engagements.
  • Création d’emploi de policiers : 10 000 créations d’emploi dans la police et la gendarmerie sont prévues pour le quinquennat dont les deux tiers seront pour les deux prochaines années. Par conséquent, le président a tenu à ce que la priorité soit donnée aux quartiers prioritaires en matière de sécurité jugeant anormal « qu’une zone prioritaire (…) ait vu diminuer ses effectifs de police ».

Autre article écrit par François Sinecan

Aux Beaux-Arts de Paris, une certaine nostalgie de Mai 68

318  En cette année anniversaire des évènements de Mai 68, le Palais des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.