La parité aux législatives : un long chemin de croix

Assemblée nationale parité législatives
Crédits : Elues locales

La volonté de tous les gouvernants est d’installer la parité dans les plus sommets de l’Etat, Élysée en tête. Pourtant, malgré toute la bonne volonté du monde, l’égalité réelle entre hommes et femmes a encore du mal à se faire une place au sein de la classe politique française. 

Le 18 juin 2012, on fêtait un événement jamais vu depuis le droit de vote des femmes aux différentes élections de notre pays, en 1944. C’était en fait un record : 155 femmes se faisaient élire sur les 577 sièges disponibles à l’Assemblée nationale. D’un autre côté, il faut dire qu’on est encore loin de la parité, sachant que 422 hommes ont donc été élus. Pourtant, la législation est plutôt stricte envers les partis qui ne respecteraient pas cette exigence de parité. La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes est assez explicite en terme de sanction.

La jurisprudence précise, à titre d’exemple, que « si un parti politique investit 200 candidats, dont 130 hommes et 70 femmes, il verra son aide publique amputée de 45% ». Une aide publique précieuse pour les partis politique, sachant que c’est une de leurs principales sources de revenus.

La parité, un débat sans fin ?

Dans une brillante tribune parue sur Libération, l’essayiste Martine Sorti affirme que « la parité constitutionnalisée a produit du chiffre, mais elle n’a pas, en tout cas pas assez, produit de l’égalité de pouvoir ». En clair, que le débat sur l’égalité hommes/femmes, en politique notamment, est abordé de façon inepte. Qu’il aborde des questions de forme plutôt que de fond, qu’il est un principe au lieu d’être un « outil de l’égalité », comme l’affirme la philosophe Geneviève Fraisse.

Au moment où les Français sont à nouveau appelés à se rendre aux urnes dans le cadre de ces élections législatives, la rédaction vous propose cette infographie qui montre qu’en termes de parité, il y a encore du boulot.

Les chiffres de la parité aux législatives

Parité législatives
Crédits : Mounir Belhidaoui pour Respect mag

Sources : Haut conseil à l’égalité, Vie publique, Legifrance, Libération 


Autre article de Mounir Belhidaoui

Adama Traoré : bientôt une issue positive pour la famille ?

    Il y a un an, le 19 juillet 2016, Adama Traoré gisait...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.