Musulman(e)s et Américain(e)s, ils prennent la parole !

Work Togaether est un projet porté par trois jeunes musulmanes, vivant aux Etats-Unis. Face à un climat de plus en plus tendu depuis le 11 septembre 2001, elles ont décidé de donner la parole à ces jeunes Américains, patriotes et pourtant stigmatisés. Ici, Marwa, qui explique pourquoi elle n'a pas l'impression de devoir condamner les terroristes. Capture d'écran
Work Togaether est un projet porté par trois jeunes musulmanes, vivant aux Etats-Unis. Face à un climat de plus en plus tendu depuis le 11 septembre 2001, elles ont décidé de donner la parole à ces jeunes Américains, patriotes et pourtant stigmatisés. Capture d'écran

Work Togaether est un projet porté par trois jeunes musulmanes. Face à un climat de plus en plus tendu depuis le 11 septembre 2001, elles ont décidé de donner la parole à ces jeunes Américains, patriotes et pourtant stigmatisés. 

Ils sont une dizaine à témoigner dans ce documentaire. Ils sont Noirs, Blancs ou basanés, ont la vingtaine et vivent à New-York, Chicago ou ailleurs aux Etats-Unis. Dans Togaether, ils racontent comment le regard de leurs compatriotes américains est dur à leur encontre, a évolué, et comment on leur fait ressentir qu’ils ne sont pas chez eux… “Le 11 septembre nous a forcé à avoir l’impression d’avoir à défendre qui nous sommes… d’expliquer ce que c’est qu’être musulman. Nous sommes Américains. Nous n’avons aucune idée de ce qui se passe en Syrie, ou avec Daech…“, explique Bassema Youssef, une consultante en sécurité intérieure.

“Burqabitch”

L'affiche du documentaire Togaether.
L’affiche du documentaire Togaether.

Aman était à l’école lorsque les deux tours du World Trade Center ont été frappées. Lui d’ailleurs a bien failli en venir aux mains avec un de ses camarades de classe. Après l’attentat, ce dernier s’était écrié “J’espère que nous allons bomber l’Afghanistan jusqu’à ce que le pays rougisse. Bombardons ces gens !” Aman n’a pas pu s’empêcher de lui demander pourquoi tant de violence… Ashar, lui, réfléchit constamment aux mots qu’il choisit afin de ne pas choquer… Marwa, elle, s’est déjà vue traiter de “burqabitch”. Cette dernière a d’ailleurs été remarqué sur les réseaux sociaux après avoir écrit une lettre ouverte à Donald Trump.

Avec ce projet, Sarah El Attat, Amal Mouttaki et Amena Alim, trois Françaises,  interrogent une jeunesse peu présente dans les médias américains. Et pourtant, on ne peut s’empêcher aussi de faire un parallèle avec la situation en France. Le documentaire est disponible sur leur site, en anglais, et fait partie d’un projet plus vaste pour la compréhension et le respect des gens. En espérant que ça fasse réfléchir des deux côtés de l’Atlantique !


Écrit par
Autre article de La Rédaction

Afghanistan : Ouverture du premier centre pour la protection des femmes journalistes

4   Reporters sans frontières annonce l’inauguration du premier Centre pour la protection des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.