Loïc Gachon : « Se mobiliser par le sport »

Loïc Gachon, le maire de Vitrolles

Le maire de Vitrolles, Loïc Gachon, revient sur la portée du dispositif “se mobiliser par le sport”, organisé dans le cadre de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme par l’association Ancrages et la préfecture des Bouches-du-Rhône.

« Cet événement (Se mobiliser par le sport, ndlr) se situe dans le cadre de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme que nous traversons, et puis dans le cadre plus général d’un plan de lutte contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme qu’on a lancé à Vitrolles et labellisé par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Nous avions pour objectif, notamment, de toucher le domaine du sport qui est un secteur qui touche beaucoup d’enfants et de jeunes, qu’on a du mal à rencontrer ailleurs. Et donc de sensibiliser les éducateurs sportifs pour participer avec nous à ce travail de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Cette journée, elle vient en écho à cela, en mobilisant les clubs de la ville, avec les équipes des différents sports et essayer de construire avec eux un travail de lutte contre les préjugés, de lutte contre les stéréotypes.

Salle de sport à Vitrolles

L’éducation est un élément-clé de notre mandat, de notre manière de travailler, c’est notre premier budget, la priorité des priorités

Le sport est un moyen important, car il permet de mettre tout le monde sur un pied d’égalité et de dépasser très facilement les stéréotypes. C’est un très bon vecteur, même si ce n’est pas le seul. La performance et le résultat viennent forcément détruire le préjugé. Nous avons à Vitrolles un passé, une histoire compliquée vis-à-vis de ces questions-là. Je cherche à ce que les jeunes générations sortent de ces démarches, afin qu’on apprenne à vivre bien ensemble à Vitrolles. L’éducation est un élément-clé de notre mandat, de notre manière de travailler, c’est notre premier budget, la priorité des priorités. Cet événement s’inscrit aussi dans d’autres actions, à direction du personnel de la ville, formé en partenariat avec le Camp des Milles (musée d’histoire et des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence, ndlr) sur ces questions de discrimination. Entre 150 et 200 agents de la ville sont envoyés sur une journée dans le cadre de cette formation. Un travail est aussi lancé concernant les discriminations face à l’emploi, en association avec des entrepreneurs de la ville. Des conférences sur le thème de la mémoire seront aussi lancées. Il faut faire tout cela naturellement, pour l’exploiter, l’utiliser et débattre de ces questions-là ».


Ecrit par
Autre article écrit par La Rédaction

Il y a 22 ans, Ibrahim Ali était tué par des colleurs d’affiche du FN

15  Ibrahim Ali, 17 ans, est mort d’une balle dans le dos. C’était...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.