À Marseille, les Winners garants de la lutte antiraciste

Crédits : South Winners Marseille

Cette assemblée de supporters, créée à la fin des années 80 et adoubée par le club est très active dans le domaine de l’insertion sociale et de la lutte contre les discriminations. Récit.

Dimanche 26 février 2017, toute la ville de Marseille entendra les clameurs de supporters venus soutenir leur équipe dans ce qui sera le « match de l’année » : le choc Olympique de Marseille – Paris Saint-Germain. Un stade Vélodrome bouillonnant pour un match qui se jouera à guichets fermés. Le football, à Marseille, est une véritable passion qui se vit à chaque instant.

C’est ainsi que, dès la création de l’Olympique de Marseille en 1899 par René Dufaure de Montmirail, un notable lorrain, les supporters se prennent de passion pour un club qui fait de sa devise « Droit au but » une véritable philosophie de vie. Une passion matérialisée par la création, au fil du siècle dernier, de groupes de supporters qui ont une importance essentielle à l’affluence du stade Vélodrome. L’apparition de la vague des « ultras » italiens, ces groupes de supporters unis autour d’un blason au courant des années 70, a grandement participé à cette influence au fil des années de ces afficionados reconnus dans la cité phocéenne.

Orange dynamique

Parmi ces groupes de supporters, il y a les South Winners (« Vainqueurs du sud », en anglais). Cette section, une des dernières garnissant les tribunes du Vélodrome, a été créée en 1987 après un déplacement au Parc des Princes (le stade où joue le Paris Saint-Germain, ndlr) « où les Winners ont voulu se démarquer en retournant leurs bombers (blousons en nylon très portés par les supporters dans les années 80 et 90, ndlr) pour marquer leur opposition aux supporters du Kop de Boulogne », (groupe de supporters ultras parisiens dont une partie était réputée proche de l’extrême-droite française et avait été condamnée, au début du mois de novembre de l’année 2006, pour avoir agressé des Français d’origine sénégalaise en marge du match Le Mans-PSG, ndlr) selon des jeunes supporters du groupe rencontrés à Marseille. C’est progressivement que l’orange s’est affirmé en couleur officielle des Winners, avec les maîtres-mots de « Solidarité et tolérance ».

Winenrs Marseille
Les South Winners, impliqués dans la vie associative marseillaise. Crédits : South Winners / Facebook

Les South Winners sont situés rue Loubon, dans le 3ème arrondissement marseillais. Un emplacement en plein cœur de la cité phocéenne, non loin de la Belle de mai, « l’un des quartiers les plus pauvres de Marseille », explique Rachid Zeroual, le vice-président de cette association de supporters. « Le niveau de chômage a ici atteint des niveaux affreux, les jeunes n’ont plus de repères. C’est bien que l’on soit là pour qu’on leur fasse découvrir le foot, les tribunes du Vélodrome ». Venus de tous horizons sociaux, les jeunes affiliés aux groupes participent à l’élaboration des « tifos », ces grandes affiches visibles les soirs de match, avec des messages encourageant leur équipe. Les associations de lutte contre les discriminations ont d’ailleurs bien vu la portée du groupe dans leurs missions.

« Une ville d’accueil et de tolérance »

C’est ainsi qu’en 2015, l’association départementale pour le développement des actions de préventions 13 (ADDP 13) a contacté les South Winners afin d’organiser avec eux un échange européen entre de jeunes marseillais et d’autres venus d’Allemagne, de Pologne ou d’Espagne sur le sujet de la lutte contre les discriminations et les violences dans le domaine du sport. Ce programme, nommé « All together against discrimination » (« Tous ensemble contre le racisme » en anglais) a motivé les Winners à élaborer avec ces jeunes une banderole affichant un message de solidarité et de tolérance. Ainsi, après fabrication et présentation au local des Winners de cette affiche faite de lettres bleues sur fond blanc (les deux couleurs de la ville de Marseille), on a pu l’apercevoir lors d’un OM-Angers en septembre 2015.

Winners Marseille
Le tifo préparé les jeunes du programme d’échange “All together against discrimination” / Crédits : South Winners

Alban est membre des South Winners depuis son adolescence. Habitant à Paris, il « descend » néanmoins régulièrement à Marseille pour assister aux matchs de l’OM, avec des amis du même collectif. « L’OM, c’est comme une planche de sauvetage pour les Marseillais, dans une ville paupérisée économiquement et souvent abandonnée par l’État ces dernières années », explique ce cadre parisien né à Marseille. Parmi les nombreuses associations existantes, Alban a choisi de rejoindre les Winners pour les animations qu’ils proposent à domicile comme à l’extérieur, mais aussi parce que « les Winners représentent la tolérance, les racines antiracistes et ouvertes de cette ville d’accueil qu’a été et que sera toujours Marseille ».

Le Vélodrome, le volcan abritant les matchs de l’OM à domicile, « c’est plus globalement le lieu d’un extraordinaire melting-pot social. Ouvriers comme bourgeois peuvent s’y retrouver dans un esprit cordial. Que l’on soit riche ou pauvre, tu seras le bienvenue dans ce stade, tu seras chez toi, tu y feras ce que tu veux : c’est l’expression pure du mot liberté », conclut poétiquement ce passionné.


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

Jérémy Beschon (collectif Manifeste rien) : « Le statut de la femme comme celui de l’immigré n’est jamais acquis »

14   Dans La Marseillaise etcaetera, une pièce présentée en ouverture de la semaine...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.