Aux Etats-Unis, une journée sans immigrés

Journée sans immigrés
Crédits : Wikimedia commons

Le début du mandat du président américain Donald Trump est pour le moins mouvementé. La signature de ce décret, le 31 janvier, par le chef d’État a suscité l’indignation au sein de la population d’origine immigrée. 

La journée du 16 février a été marquée aux États-Unis par une vague de protestations contre le décret anti-immigration de Donald Trump. Dans ce texte, depuis suspendu par le juge de Seattle et enterré par la cour d’appel de San Francisco, il était prévu en effet d’interdire l’entrée sur le territoire aux ressortissants de pays tels que le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Les réfugiés étant, quant à eux, interdits d’entrée, et ce définitivement.

Un mouvement qui prend de l’ampleur

Dans une conférence de presse tenue hier à la Maison Blanche, Donald Trump a promis une « version remaniée » du texte. Un entêtement qui a du mal à passer dans le pays de l’Oncle Sam. A Washington et New York notamment, une « journée sans immigrés » a donc été organisée en réaction. C’est plus d’une dizaine de restaurants tenus par des immigrés ou fils d’immigrés qui ont fermé.

Le mouvement a ensuite trouvé un écho à Charlotte, Chicago ou encore Détroit. David Pena, un restaurateur d’origine mexicaine, a affirmé qu’il soutenait le mouvement. « Nous voulons leur faire savoir que nous ne sommes pas des criminels, nous travaillons ici », assure-t-il dans ce reportage de la chaîne CNN qu’on vous propose de visionner.


Autre article de Mounir Belhidaoui

Samantha Bailly, l’écrivaine engagée dans la protection des auteurs

266   À 28 ans, l’écrivaine Samantha Bailly, par ailleurs présidente de la Charte...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.