À vous, Théo, Adama, Zyed, Bouna, et tous les autres…

Un des manifestants avait une question à poser aux forces de l'ordre. Crédits : Mounir Belhidaoui

Le 2 février 2017, Théo est agressé et violé lors d’un contrôle d’identité par des policiers, à Aulnay-sous-Bois. Hospitalisé, son histoire suscite depuis une semaine colère et indignation dans tout le pays. Yannick Bouguima, 26 ans, jeune entrepreneur, écrit ici une tribune pour rendre hommage aux victimes de violences policières.

À vous,

Théo, Adama, Zyed, Bouna et toutes les autres victimes, avec ou sans existence médiatique mais dont les souffrances sont réelles, pardonnez-nous de ne pas avoir su vous défendre.

Vous êtes les victimes de notre indignation à géométrie variable.

Incapable de faire preuve de justice et de s’indigner lorsque l’on ne condamne pas les policiers justement lorsqu’ils font preuve de violences, d’insultes raciales ou autres, alors que l’on condamne justement ceux qui le font à la police.

Vous êtes les victimes de notre incapacité à s’unir

Incapable de s’indigner lors des dérapages policiers à répétitions, mais par centaines de milliers à Paris contre une loi “juste” renforçant l’égalité en France : celle du mariage homosexuel.

Vous êtes les victimes de notre incapacité à s’unir.

Coupable de notre égoïsme croissant, se complaisant dans notre confort et ne faisant plus ou presque preuve de compassion et de solidarité à l’égard de nos concitoyens banlieusards et de bien d’autres encore.

Coupable de laisser se propager dans nos esprits et nos cœurs, à travers la scène politico-médiatique française, un climat de méfiance, de haine et de division à votre égard.

Vous êtes simplement les victimes de notre lâcheté.

Comme nous, vous êtes des hommes, des femmes, des enfants, des frères, des sœurs, des étudiants, des travailleurs et vous êtes des Français.

Pardonnez-nous de n’avoir pas su comprendre que vous, c’était nous et que nous c’était vous.

Yannick Bouguima

(Ces propos n’engagent pas la rédaction)


Autre article écrit par Contributeur Respect Mag

Henriette Zoughebi « La scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans aiderait à contrer les inégalités sociales »

    À l’heure où la ministre, en présentant son projet de réforme du...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.