Matthieu Schaller, bien dans sa tête

© Document remis

Ce jeune homme de 26 printemps, infirme moteur cérébral, a vécu son expérience d’acteur dans le film « La loi du marché » comme inoubliable. Aujourd’hui, il vit parfaitement son retour à l’anonymat. Rencontre.

Il faut à peu près une heure de transports pour se rendre à Marnes-la-Coquette, Bien nommée, petit havre de paix par lequel on accède après avoir traversé le domaine national de Saint-Cloud. Un « joli coin », pour Matthieu Schaller, cariste à l’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) de la Gentillhomière, un atelier d’insertion de personnes en situation d’invalidité. Lorsque nous allons à sa rencontre, son discours est clair, posé. Son attitude est sereine, son regard brillant, illuminé par le pâle soleil qui laisse entrevoir l’automne dans la forêt resplendissante qui nous entoure. Il est accompagné par  Frédéric Baert qui, bienveillant, l’assiste dans ses tâches quotidiennes, et le rassure aussi dans les préoccupations qu’il peut avoir. « Je pars du principe que je suis une personne comme tout le monde », tient à souligner Matthieu.

Un art sincère

Infirme moteur cérébral, Matthieu Schaller, est un grand adepte de natation, sport dans lequel il aurait pu, un temps, devenir professionnel. Mais il est surtout connu pour un autre fait d’armes. Le jeune homme a été choisi pour incarner le fils hémiplégique de Vincent Lindon dans la « Loi du Marché », réalisé par Stéphane Brizé. Le film met en lumière les difficultés de familles confrontées à la précarité. Au cours du tournage, la consigne fut donnée à Matthieu Schaller d’être lui-même, notamment dans une touchante scène où le fils danse avec sa mère. Le film sera un succès critique et commercial. Le Festival de Cannes, où il sera projeté en compétition, décernera à Vincent Lindon le prix d’interprétation masculine.

Matthieu Schaller n’a lui, rien reçu. Mais l’équipe du film a tout de même tenu à l’emmener voir la fameuse « Croisette » où notre homme n’a pas boudé son plaisir. De quoi lui donner des idées de carrière ? « Je préfère ne pas me faire d’illusions et garder la tête froide. Dans un monde idéal, oui bien sûr. Le métier d’acteur a de quoi faire rêver », assure celui qui aimerait bien que le « milieu » redirige un peu plus les projecteurs sur le monde du handicap.

Ce retour à la vie « normale » est d’ailleurs assez doux. En août dernier, Matthieu Schaller s’est fiancé, nous révèle-t-il un grand sourire aux lèvres. « Ils forment un très joli couple », confirme Frédéric Baert, son confident. Du cinéma à l’amour, Matthieu Schaller est décidément un homme comblé.

Le hors-série de Respect mag consacré à la SEEPH 2016Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez le hors-série gratuit de Respect mag consacré à la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées :

“10 portraits (extra) ordinaires”

-> Téléchargez-le gratuitement
-> Découvrir tous nos magazines


Autre article de Mounir Belhidaoui

La corruption, une actualité intemporelle

9   Comment avance la lutte contre la corruption, malgré la volonté de tant...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.