Un guide pour rompre l’isolement

Crédit : Héloïse Leussier

Thibaut de Martimprey, consultant de 28 ans au sein de l’entreprise de conseil Accenture, est impliqué dans plusieurs associations visant à soutenir les jeunes en situation de handicap dans leur quête d’études ou de travail.

Depuis quelques semaines, Thibaut de Martimprey se déplace avec sa chienne partout où il va. Un fidèle compagnon qui guide ce consultant d’Accenture, malvoyant de naissance.

Si lors des trois premières années celui-ci conseillait des groupes industriels dans leur stratégie, il aide dorénavant les associations, comme Emmaüs Défi, et se rend régulièrement dans leurs locaux,  explique-t-il, en calmant Jody, un peu agitée. Il s’estime heureux d’avoir trouvé ce labrador.

De la veine, il en a aussi dans la mesure où les collaborateurs de son entreprise travaillent sans papier – « Cela m’arrange car je ne pourrais pas lire. » Tout se passe sur ordinateur et, sur le sien, il a intégré un clavier en braille, une écriture qu’il a apprise à 6 ans. Personne, à Accenture, ne possède de bureau attitré dans l’open space, mais lui se met toujours au même endroit pour que Jody ne dérange pas.

« Faire avancer la cause »

Si certains n’ont pas forcément envie de parler de leur différence, ce n’est pas son cas : à ses collègues, curieux, qui lui posent des questions sur son poste adapté et sa scolarité, il répond « sans tabou ». Intégré dans un « lycée classique », il se souvient avoir passé quelques années « un peu isolé » : « c’est compliqué car il faut compenser », faire en sorte que le professeur envoie les cours par mail pour pouvoir les lire. Mais Thibault n’a rien lâché et poursuivi ses études en rejoignant les bancs de l’école de commerce de Rouen.

Partager son expérience pour accompagner les jeunes rencontrant les difficultés en milieu scolaire qu’il a vécues, voilà son but. En 2010, il cofonde la fédération étudiante pour une dynamique études et emploi avec un handicap (Fedéeh), un réseau « mixte et inclusif », dit-il, dont il est actuellement trésorier.

À lire aussi : Les étudiants se mobilisent pour les jeunes handicapés (Up le mag)

Cette mission, il l’occupe aussi pour les associations Baisser la barrière et GIAA (groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes), qui favorisent, entre autres, l’accès à la culture pour les déficients visuels grâce à la numérisation de livres. But du jeu : « Faire avancer la cause. » Justement, l’élection présidentielle de 2017 arrive à grands pas et Thibaut souhaite, avec sa Fedéeh, rencontrer les candidats et leur suggérer des propositions en faveur de l’égalité des chances. « On est écouté tous les cinq ans, alors je veux en profiter. » Pour les guider sur le bon chemin ?

Thibaut de Martimprey nous en dit un peu plus sur son engagement associatif. Crédit: Respect mag

Le hors-série de Respect mag consacré à la SEEPH 2016Ce sujet vous intéresse ?

Retrouvez le hors-série gratuit de Respect mag consacré à la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées :

“10 portraits (extra) ordinaires”

-> Téléchargez-le gratuitement
-> Découvrir tous nos magazines


Autre article écrit par Philippe Lesaffre

Le goût de l’autre : Français et migrants dînent à la même table

364   Une fois par mois, Nathalie Baschet, de l’association Réseau chrétien-immigrés, organise, à...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.