Avec Monalisa, nos aînés ne sont plus seuls

Avec Monalisa, nos aînés ne sont plus seuls
© Julie Bourges / Monalisa

Monalisa est une association qui vient en aide aux personnes âgées souffrant d’isolement. Elle prévoit, tout au long de l’année, des actions de terrain pour lutter contre ce fléau. Une initiative dynamique et positive soutenue par l’État.

L’été 2003 a fait des ravages en France. Une canicule sans précédent avait provoqué la mort de 20 000 personnes âgées. 10 ans après, Michèle Delaunay, alors ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, permettait la création d’une association, qui, encore aujourd’hui, accompagne les personnes âgées : Monalisa, pour MObilisation NAtionale contre l’ISolement des Âgés. La structure fédère toutes les associations existantes, en lien avec les personnes âgées, en les dotant de moyens de communication entre elles et le public.

Le problème de la prise en charge des personnes âgées doit en effet se poser : on compte dans notre pays près de 1,3 million de personnes ayant plus de 75 ans et vivant dans des communes isolées. Pour Jean-François Serres, le responsable de l’association Monalisa, membre du CESE et ancien délégué général des Petits frères des pauvres (une autre organisation venant en aide aux personnes en situation de fragilité), « la question de la solitude d’un certain nombre de personnes qui vivent dans ces communes n’est pas secondaire. C’est un problème massif ».

Des équipes citoyennes

L’objectif de l’association est de sortir les personnes âgées de l’isolement social « en mobilisant l’engagement des citoyens ». Et cela passe par des choses simples comme « favoriser les relations de voisinage, de sollicitude dans la proximité ». Mais « il reste encore beaucoup de questions à aborder comme l’accessibilité aux services, aux commerces, aux logements » notamment. Pour mener à bien son combat, Jean-François Serres propose aux personnes de se mobiliser via la constitution d’équipes citoyennes.

Monalisa
L’entraide au cœur de l’action de Monalisa / Crédit : Julie Bourges – Monalisa

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces équipes se sont multipliées en peu de temps. « Pour une mobilisation qui a débuté en 2014, nous en sommes aujourd’hui à plus de 200 équipes citoyennes déployées dans 49 départements », se félicite Jean-François Serres. L’objectif est de les compter par milliers. Visites à domicile, ateliers culturels, organisation de randonnées en montagne, culture d’un jardin partagé : les actions de ces équipes engagées pour l’inclusion des personnes âgées sont vastes.

Des projets d’avenir

L’engagement de l’association a été entériné par une charte fédératrice. Celle-ci prévoit, entre autres, de « mieux promouvoir l’engagement bénévole, assurer un maillage optimal du territoire et renforcer les actions de lutte contre l’isolement des âgés ». « Ce sont les équipes citoyennes et les associations qui peuvent signer une charte lorsqu’elles se retrouvent autour de leurs missions. C’est à ce moment-là que les équipes citoyennes sont reconnues comme telles », explique le responsable de l’association. 255 structures ont déjà signé. Une gouvernance nationale coordonne toutes ces actions.

Monalisa a le soutien de l’État via son dispositif « La France s’engage ».  Concrètement, cela permet de lancer une expérimentation visant à faciliter l’accueil de jeunes volontaires en service civique au sein des équipes de bénévoles luttant contre l’isolement des âgés en Bretagne, en Bourgogne et dans le Vaucluse. Un soutien plus que nécessaire pour Jean-François Serres : « L’idée est que l’association permette un renouveau du regard que les uns et les autres peuvent avoir sur la question sociale. Il faut absolument préserver et soutenir les écosystèmes de relation entre les gens. Quand les gens ont de bonnes relations, c’est précieux ».

L’association, qui ne fait pas de vœu pieux, prévoit de densifier son action, notamment dans les quartiers populaires et dans les milieux ruraux.

Comment se mobiliser ? La réponse de Monalisa


Autre article de Mounir Belhidaoui

Nicolas Vilas: « Le football n’est pas raciste, mais le racisme existe dans le football »

46   Après Dieu Football Club (éditions Hugo Sport), le journaliste Nicolas Vilas s’intéresse...
Lire la suite

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.