« Le handicap n’est pas un frein au travail »

Le handicap au travail
© Pixabay

Les personnes handicapées ont souvent des difficultés à trouver un travail. C’est d’après ce constat que Log’ins a lancé un modèle unique : former des salariés souffrant d’un handicap pour les réinsérer par la suite dans d’autres sociétés.

« Chaque handicap est unique », assure Claudine Leclerc, la responsable d’exploitation de Log’ins, une société essonnienne. Dans ses locaux de 4 000m², une vingtaine d’employés empaquettent, étiquettent et expédient des produits. Et tous présentent la même particularité. Souffrant d’handicaps, ils se trouvent en situation d’exclusion professionnelle.

« Ces personnes ont beaucoup du mal à trouver du travail ; et pourtant, elles ont des talents, elles peuvent développer des compétences et être embauchées dans des entreprises classiques », constate Thibaut Guilluy, le directeur d’Ares, dans une vidéo présentant le projet pour La France s’engage (voir ci-dessous). En 2011, l’Association pour la réinsertion économique et sociale (Ares)  est à l’origine, avec XPO Logistics, de la création de Log’ins, une co-entreprise ou une “joint-venture”.

Claudine Leclerc précise : « Afin de leur faire retrouver un boulot après, on fait travailler nos salariés sur des postes en logistique. » A travers trois cœurs de métiers que sont le e-commerce (préparation de commande informatisée), le copacking (changements d’emballages, reconditionnement de produits…) et la gestion des retours, les collaborateurs bénéficient d’un emploi stable qui leur garantit un salaire et leur permet de « lever certains freins ».

L'entreprise dispose de 4000m² d'entrepôt dans la ZAC des Haies Blanches, au Coudray Montceaux (91) Crédits: Pixabay
L’entreprise dispose de 4 000m² d’entrepôt dans la ZAC des Haies Blanches, au Coudray-Montceaux (91)
Crédit: Pixabay

« De nombreuses histoires différentes »

À Log’ins, les salariés sont accompagnés pour définir leurs projets professionnels. « Ils ne veulent pas forcément tous finir dans la logistique, précise Claudine Leclerc. On a par exemple suivi une dame qui avait des problèmes de dos importants. Elle voulait se reconvertir professionnellement parce qu’elle a toujours voulu travailler avec les enfants. On l’a donc accompagnée dans sa reconversion, poursuit-elle. Chaque cas est unique, il y a de nombreuses histoires différentes. »

Pour les aider dans leur recherche d’emploi, les salariés peuvent compter sur l’expertise d’Ares. « Au sein de son siège à Paris, le groupement d’entreprises a un service consacré à l’emploi et à la formation, dont les membres vont à la recherche et à la rencontre de sociétés pour trouver des postes à nos employés à l’issue de leur parcours chez Log’ins », détaille Claudine Leclerc. Elle met cependant en garde : « Ce n’est pas une formule magique ! 100 % de nos salariés ne retrouvent pas un emploi à l’issue de leur parcours chez nous. » Avant de dresser un bilan : « Depuis la création, on a accompagné 57 personnes. 86 % d’entre elles ont eu un retour à l’emploi ou une formation. »

Si à Log'ins, les salariés effectuent des tâches uniquement liées à la logistique, il leur est possible de s'insérer par la suite dans un domaine qui leur correspond plus. Credit: Log'ins
Si à Logins, les salariés effectuent des tâches uniquement liées à la logistique, il leur est possible de s’insérer par la suite dans un domaine qui leur correspond plus.
Credit: Log’ins

Du handicap à l’emploi

Pour aller au-delà du cadre professionnel, l’entreprise dispose également d’une équipe chargée de l’accompagnement social des employés. « On les suit sur leur recherche de logement et pour le permis de conduire, par exemple », met en avant la responsable.

La structure concerne tous les types d’handicaps du milieu « normal », c’est-à-dire ceux qui ne nécessitent pas un « suivi serré ». « On a eu une personne sourde, une autre avec des soucis cognitifs, énumère Claudine Leclerc. En revanche, on n’a pas d’handicapé moteur ou psychiatrique », précise-t-elle. Pour prendre en charge les handicapés dits « normaux », Log’ins compte sur l’ergonomie de son espace de travail. « On adapte les postes de travail pour les rendre compatibles aux handicaps de nos salariés », explique la responsable.

Pour recruter son personnel, sa société travaille avec un réseau de prescripteurs. Par exemple : Pôle emploi, Cap emploi, ou encore les missions locales.  « On fait des séances d’information collectives régulièrement, où sont reçus des candidats orientés par ces structures, ou bien des candidatures directes », précise Claudine Leclerc.

La France s’engage, Log’ins se développe

À long terme, la structure d’insertion souhaite exporter son modèle hors Île-de-France « sur de nouvelles antennes régionales et nationales ». La prochaine étape se trouve en Auvergne-Rhône-Alpes, où la co-entreprise compte « s’essaimer » dans les prochains mois. « Il s’agit de travailler pour promouvoir un nouveau type d’entreprise adaptée qui fait de la réinsertion professionnelle en même temps », fait valoir Claudine Leclerc. Lauréat 2015 du label La France s’engage, la société compte sur les pouvoirs publics pour se développer.

Vidéo de présentation de Log’ins sur la plateforme La France s’engage

Login’s from La France s’engage on Vimeo.


Écrit par
Autre article de Rémi Yang

Les femmes en piste pour la coupe du monde de foot des sans-abris

3   1 gardien, 3 joueurs, 4 remplaçants… Voilà la composition type d’une équipe...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.