La musique, ville-monde pour les marmots

La musique, ville-monde pour les marmots - Crédit photo : Villes des musiques du monde
© Villes des musiques du monde

Depuis 2008, le festival joliment nommé « Villes des musiques du monde » organise la « Cité des marmots », une initiative qui réunit 440 écoliers de Seine-Saint-Denis. Après plusieurs mois de répétitions, les enfants présenteront, les 11 et 12 mai 2016, un concert.

L’objectif du festival « Villes des musiques du monde », via la « Cité des marmots » : fédérer des personnes grâce à des thématiques liées au multiculturalisme, au vivre-ensemble dès le plus jeune âge. 440 écoliers s’attèlent à la réalisation d’un projet musical et éducatif, soutenu par le ministère de l’Education nationale.

Entourés par une cellule pédagogique (professeurs, directeur) et artistique (metteur en scène, musiciens intervenants), les enfants sont invités à suivre une initiation musicale avant d’aborder l’interprétation scénique. La « Cité des marmots » explique vouloir « révéler des personnalités d’élèves en difficulté scolaire qui prennent confiance en eux grâce à cette pratique artistique ». On peut donc ajouter, à la multitude de compétences qu’offre l’association aux élèves, une dimension psychologique louable.

Pour cette 16ème édition, « la Cité des marmots » nous emmène dans le sud, en Méditerranée, carrefour des cultures. Pour Charlotte Le Gall, responsable de la communication de l’événement, le spectacle propose à des enfants de « participer à un projet collectif, se découvrir », et leur « redonner le goût du travail à des élèves en difficulté ».

Le Sud donne de la voix

Et force est de constater que nos chers petits « Marmots » se sont tout de suite approprié le thème. Charlotte Le Gall constate ainsi que la Méditerranée a des résonances particulières auprès des enfants : « En Seine-Saint-Denis, il y a une richesse des cultures. Certains enfants connaissent déjà des chansons populaires. ». Les enfants seraient-ils en terrain conquis ? Oui, mais « cela n’a pas toujours été le cas » selon sa représentante qui souligne la diversité géographique de l’événement : « Nous avons déjà consacré un festival au thème lié à la Colombie ou à Madagascar, les enfants étaient un peu moins au fait. »

Cette édition 2016 est baptisée « L’Andalousie des marmots », en référence à « l’al-andalus », contrée historique de la péninsule ibérique véritable pont entre la Méditerranée et l’Occident, symbole de la mixité des cultures. On devine la volonté sous-jacente de revenir à des fondamentaux de sérénité, dans une actualité qui montre que le dialogue entre les religions est plus que jamais nécessaire. Et pour ce faire, la « Cité des marmots » nous présente un parcours initiatique mêlant chants, donc, mais aussi cuisine avec les « Mezze musicaux », rite de partage de cuisines méditerranéennes que les parents des élèves auront concocté. Il y a aussi le « Jeu de l’ouïe », qui parcourt douze siècles d’histoire à l’aide d’un petit jeu de dés agrémenté de sons rappelant cette période faste de l’âge d’or andalou.

Une région du globe à laquelle le festival avait déjà rendu hommage. L’année passée, ce furent des danseuses et des chanteuses de flamenco qui rendirent hommage à celle qu’on surnommait « La Petite Espagne ». Au-delà d’avoir une portée artistique, l’événement a une empreinte sociale et solidaire qui mérite d’être soulignée : faire dialoguer en rythme des cultures et milieux sociaux différents.

Voici ce que cela avait donné :

L’idée est tellement belle que « Villes des musiques du monde » a décidé de s’exporter à Marseille, où la « Cité des marmots » devient la « Cité des minots ». Le Chœur des minots, accompagné de la Compagnie Rassegna, partage d’ailleurs le 19 mars la scène du Chapiteau au Docks des Suds pour y chanter la Méditerranée.

La « Cité des marmots » en chiffres

  • 2500 enfants, depuis 2008, ont bénéficié de ce parcours artistique
  • 100 enseignants et 4800 parents ont accompagné le projet


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

Bavures policières : L’affaire Théo est-elle celle de trop ?

6926  Le 8 février, au soir, avait eu lieu un grand rassemblement de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.