Logement : des toits sociaux et solidaires

© Wikimédia commons

En France, le réseau associatif est un levier pour actionner du lien social. « Solidarités Nouvelles pour le Logement » est une structure qui loue des logements à des personnes en difficulté, que des bénévoles et des travailleurs sociaux accompagnent jusqu’à l’accès à un logement pérenne Récit.

Le 28 janvier 2016, la fondation Abbé-Pierre présentait son rapport annuel sur le mal-logement en France. Comme chaque année, on y trouve des chiffres évocateurs. Il y a dans notre pays près de 15 millions de personnes touchées par la crise du logement, pour 3.8 millions de mal-logés. Parmi les facteurs permettant de qualifier un logement d’inhabitable, le surpeuplement, l’humidité et le bruit. Des critères qui ont poussé la fondation créée par l’Abbé-Pierre en 1988 à tirer la sonnette d’alarme.

Logement : des toits sociaux et solidaires - Crédit : Fondation Abbé Pierre / InfoCentre SISAL

Le constat est encore plus vrai pour les personnes en insertion, handicapées ou dans une extrême précarité. L’association « Solidarités nouvelles face au chômage », créée par l’ancien commissaire au plan Jean-Baptiste de Foucauld, se propose de leur venir en aide. La structure a été fondée en 1985, soit trois ans avant « Solidarités Nouvelles pour le Logement », qui a comme objectif de « rendre le logement accessible aux personnes en situation de précarité ». Une association, selon son président Alain Régnier, dont le succès est « encore malheureusement au rendez-vous ». D’après lui, alors que nous sommes dans une ère de la « massification des questions de pauvreté », il est impérieux de développer une « mobilisation des citoyens via de l’épargne solidaire ».

Des citoyens qui ne se contentent pas de faire des dons : SNL compte dans son réseau plus de 1100 bénévoles, dont la vocation est d’accompagner les habitants des logements solidaires vers des habitations durables. Sur leur site web, on peut trouver le témoignage poignant de Martine, une bénévole : « Monsieur Younes, traumatisé par des événements douloureux, ne sortait plus de chez lui. (…) Un jour cependant, j’ai réussi à le convaincre de venir à la Clairière (soirée Solidarités Nouvelles pour le Logement, ouverte aux bénévoles et locataires), en l’accompagnant en métro. Une autre fois, nous sommes allés manger des crêpes chez une autre bénévole. Monsieur Younes s’était mis en tenue de gala, nœud papillon et pantalon noir et ses yeux brillaient de plaisir. Depuis, nous nous voyons régulièrement, et il a pu sortir de son isolement. ». Solidarités nouvelles pour le logement a un objectif : sortir de l’isolement et créer du lien, condition sine qua none pour une insertion optimale.

Une locataire, Nabala, témoigne :

Le champ d’action de SNL reste cependant limité : sa zone d’intervention se situe en Île-de-France. Pour Alain Régnier, qui pointe une tension sur le logement social en France, « il faut savoir que 40 % des problèmes de mal-logement concernent l’Ile-de-France. ». L’association restera sur ce terrain d’expérimentation avec l’objectif de tripler la construction de logements sociaux d’ici à 2018.

Le vivant au centre

Parmi les projets d’accompagnements de « Solidarités Nouvelles pour le Logement », la coquette « maison d’à-côté », située à Auvers-Saint-Georges (91), en partenariat avec l’association EPNAK (Etablissement public national Antoine Koengiswarter). La résidence y accueille sept personnes handicapées et en difficulté professionnelle, réparties dans cinq studios ainsi que deux T2. Pour le loyer, comptez 160 euros pour un studio et 260 pour un T2. La « maison d’à-côté » est gérée par SNL-Prologues, une entreprise sociale et solidaire agréée par la Caisse des dépôts. SNL-Prologues achète des bâtiments, pour que SNL puisse ensuite conduire les travaux et exploiter les logements.

L’association francilienne a, en outre, inauguré sur une même journée quatre autres logements : trois dans les Hauts-de-Seine, écologiques et adaptés aux personnes en situation de handicap, et un de 63 m², situé dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce dernier est le résultat de la fusion de deux studios, qui « répondent à un besoin particulièrement fort à Paris, où l’on manque de logements très sociaux pour familles nombreuses. » La structure va d’ailleurs prochainement inaugurer deux T3 de 46 et 48 m² à Maisons-Alfort et Saint-Maur-Des-Fossés, avec l’aide de « bailleurs solidaires ».

L’association entoure d’un cadre festif un projet solidement établi. Elle organise régulièrement des événements de rassemblement, comme des soirées-crêpes ou encore un festival des arts africains organisé en mars. Le groupe local de solidarité (GLS), une autre association, a invité une petite compagnie nommée « A quoi jouez-vous ? » à présenter « Un mari idéal », une pièce écrite par Oscar Wilde, le 03 avril au Théâtre Montmartre-Galabru (Paris 18ème).

Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

Tareq Oubrou répond aux terroristes : « La France est notre nation »

    Cette interview est extraite de notre dossier interactif « Bilan 2015 de l’info...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.