Ralph Hababou : “Il faut changer notre regard sur les seniors”

© DR

Auteur du livre Il y a de l’or dans Senior, l’essayiste et conférencier Ralph Hababou donne un beau coup de jeune à une génération de seniors trop stigmatisée. Un livre rafraîchissant, des propos pertinents.

La France néglige-t-elle trop ses seniors ?
Oui, et de deux façons. Premièrement, en tant que client, le senior est un peu ignoré, voire méprisé. On se dit qu’à part des charentaises ou des produits pour grand-mère, il va rien acheter. C’est la première erreur. La seconde, c’est qu’on les néglige encore plus dans le monde de l’entreprise. Il y a un certain nombre de lois qui font qu’à partir de 40/50 ans, on se demande un peu comment on va se débarrasser des seniors. Je considère que c’est une erreur totale, car on se rend compte que c’est à partir de 50/55 ans que les gens ont une maturité, de l’expérience, un carnet d’adresses, qu’ils sont en pleine possession de leurs moyens.

Est-ce que l’avenir passe par les seniors ?
Dans les années 70, quand on prenait sa retraite, il nous restait entre 5 et 7 ans à vivre. 72 ans était l’âge maximum d’espérance de vie. Aujourd’hui, on considère qu’au moment où quelqu’un part à la retraite, il lui reste entre 25 et 35 années de vie. La question, c’est qu’entre ces 25 et 35 ans de vie, on ne va pas juste s’occuper à jouer aux cartes ou faire des lotos. Ces gens-là ont du talent, ils veulent l’utiliser. Il faut changer notre regard sur les seniors, et pour deux raisons : ils vivent plus longtemps, et ils représentent 22% de la population française, et 54% des dépenses des ménages. Ils ont le pouvoir d’achat, il s’agit maintenant de leur donner du vouloir d’achat.

La vie est-elle plus sereine après 50 ans ?
Croire que tout est réglé après 50 ans, c’est faux. Aujourd’hui, à 25 ans, les jeunes cherchent du travail, ont du mal à se loger, vivent encore chez leurs parents, dont ils doivent parfois s’occuper. Après 50 ans, la vie devient complètement différente, mais il y a toujours un grand besoin de consommer lié à la vie économique et sociale « active » de ce pays.

Lire la suite de l’interview

Retrouvez l’intégralité de notre dossier interactif Vieillir en 2016, c’est grave ? disponible sur la boutique en ligne de respectmag.com.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Article2 Article3 Article6

Les seniors sont-ils trop jeunes pour être vieux ?

Emploi : l’expérience discriminée ?

Economie, santé, bien-être… quel podium pour la France ?

Article4 Article5 Article8

Les seniors font de la résistance

L’entraide n’a pas d’âge

Quel futur pour les seniors ?


Autre article de Mounir Belhidaoui

Jean-Louis Bianco : « Les jeunes peuvent dire : Je ne suis pas Charlie »

234   « L’Après-Charlie : 20 questions pour en débattre sans tabou » (éditions de l’Atelier) est...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.