Françoise, 74 ans, «Mamie de cœur»

© Héloïse Leussier

TÉMOIGNAGE  – L’association Grands Parrains met en relation des familles en mal de grands-parents et des seniors prêts à s’investir en tant que «papi ou mamie de cœur». Françoise, 74 ans, revient sur la relation privilégiée qu’elle entretient avec Chloé 16 ans, Dimitri, 11 ans, et leurs parents. Son récit éclaire sur les bienfaits des relations intergénérationnelles, pour les aînés comme pour les plus jeunes.

Ouvrant un album épais comme un gros dictionnaire, Françoise fait défiler les photos souvenirs de sa «famille de cœur» : les galas de danse de Chloé, les premiers pas de Dimitri à l’alto, des vacances à Courchevel, en Bretagne, des sorties au parc Astérix, des photos de groupes, des grandes tablées… Des images pleines d’accolades, de sourires et de fou-rires, témoignant de la relation soudée qu’elle a nouée depuis maintenant 12 ans avec Chloé, Dimitri et leurs parents.

«Au départ, j’ai rejoint l’association Grands Parrains en tant que bénévole, après ma prise de retraite. Je me suis occupée pendant plusieurs années de l’administratif, puis je me suis dit que ce serait intéressant que, moi aussi, je participe à une telle aventure», relate l’ancienne professeure, qui nous reçoit dans son appartement à Montgeron (91). «Je suis célibataire, d’où ma disponibilité pour aider».

A une quinzaine de minutes en voiture de son domicile, sa future famille de cœur cherchait à combler les absences d’une grand-mère habitant à l’étranger et d’une autre résidant en centre de soins. «Au début, j’ai dû un peu insister pour les rencontrer, puis on a fini par déjeuner ensemble, et très vite est arrivé le premier Noël … Je ne voulais pas qu’ils m’appellent Grand-mère, alors j’ai proposé le surnom anglais GrandMa», explique Françoise. «On se voit au moins une fois par semaine, souvent le dimanche, chez eux car ils ont une maison».

« Les grands-parents apportent ce que ne peuvent pas apporter les parents »

Être «Grandma», pour Françoise, c’est apporter «un ancrage dans la société familiale». «Pour les enfants, je sers de recours, s’il y a des choses qu’ils ne veulent pas dire à leurs parents, ils peuvent m’en parler. Mais je ne me mets pas entre les deux, je suis aussi très proches des parents. Je parraine une famille, pas seulement les enfants. Les grands-parents, c’est ce que ne peuvent pas apporter les parents : les expériences, le dépannage… le radotage !», glisse la «Mamie de cœur» dans un sourire malicieux.

Mais Françoise est également consciente que cette relation doit son équilibre à ce que chacun apporte à l’autre. «Cela me permet de penser que je peux servir à quelque chose. Ils sont très affectueux. J’ai l’impression de former une famille. J’ai participé aux baptêmes, aux communions. Je connais les oncles, tantes, cousins…enfin pas tous, il y en a tellement !», développe-t-elle. Et puis Chloé et Dimitri lui permettent de rester à la page. «J’ai deux téléphones portables, dont un nouveau. Je leur demande un conseil par-ci par-là. Vous savez, aujourd’hui à partir de la 6e tous les enfants ont un portable !»

Pour Françoise, la clé de la réussite de cette belle aventure tient à l’ouverture d’esprit des deux côtés. «Toutes les familles ont parfois des difficultés, il faut prendre les autres tels qu’ils sont. Les «Grands Parrains» doivent être présents mais ne pas s’imposer. Il faut être disponible, mais suggérer plutôt que forcer. Ne pas oublier que c’est aux parents que revient l’éducation des enfants», rappelle-t-elle. Autre qualité essentielle pour se lancer dans cette expérience : «Il faut être en bonne santé parce que les enfants, ça bouge !», s’amuse-t-elle. Pour Françoise, on ne se fait pas de soucis concernant l’énergie. A peine a-t-elle fini son témoignage que son téléphone sonne, sollicitée par une autre association dans laquelle elle s’investit.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Article2 Article3 Article6

Les seniors sont-ils trop jeunes pour être vieux ?

Emploi : l’expérience discriminée ?

Economie, santé, bien-être… quel podium pour la France ?

Article4 Article5 Article8

Les seniors font de la résistance

L’entraide n’a pas d’âge

Quel futur pour les seniors ?


Autre article écrit par Heloise Leussier

Contrat de génération : chronique d’une occasion manquée

6   Grande promesse du candidat Hollande, le contrat de génération devait permettre de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.