Lucile Erb : « La fondation Siel Bleu s’occupe des personnes fragilisées »

© DR

Lucile Erb est responsable marketing et communication chez Siel Bleu. Elle nous explique les principales actions de la fondation.

Quelle est votre mission principale ?
Siel Bleu s’occupe de prévention santé, d’amélioration de la qualité de vie des personnes fragilisées, et utilise l’activité physique adaptée comme thérapeutique non médicamenteuse.

En quoi l’activité physique peut-elle prévenir des effets néfastes de la vieillesse ou ralentir la maladie ?
Concernant les maladies chroniques, tout dépend de la pathologie… Nous faisons un travail de veille sur les études et concevons nos programmes en fonction. Par exemple, le Programme Activ’ co-construit avec l’Institut Curie, se base sur l’étude de Courneya selon laquelle pratiquer une activité physique d’intensité modérée à intense au moins une demi-heure par semaine diminue de 30 à 50 % le risque de récidive d’un cancer du sein.

Concrètement, quelles sont les activités de Siel Bleu ?
450 salariés interviennent dans 4 500 lieux et cela touche 100 000 bénéficiaires par semaine. Nous organisons des programmes adaptés au public et aux capacités des personnes. Nous traitons des enfants, des femmes enceintes ou des jeunes mamans, des salariés dans le cadre d’une prévention TMS (troubles musculo-squelettiques, NDLR) et AT (accident du travail, NDLR), des jeunes seniors actifs, ainsi que des personnes âgées (à qui nous proposons, par exemple, de la gymnastique sur chaise), des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques (comme le cancer, le diabète, l’obésité, la sclérose en plaques), mais aussi des proches aidants. Il y a des cours collectifs, proposés par l’association Siel Bleu, et des cours individuels – organisés par l’Association Domisiel (qui dépend de la Fondation Siel Bleu, la structure chapeautant l’association Siel Bleu et Domisiel). Il s’agit de programmes qui concernent, notamment, un retour d’hospitalisation. Cela peut être également de la gymnastique avec un aidant et son aidé, ou de la stimulation physique…

Étude réalisée par Siel Bleu à l’échelle de ses quatre pays d’intervention, avec un financement de la Commission européenne :

Découvrez l’intégralité de notre dossier interactif Vieillir en 2016, c’est grave ? disponible sur la boutique en ligne de respectmag.com.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Article2 Article3 Article6

Les seniors sont-ils trop jeunes pour être vieux ?

Emploi : l’expérience discriminée ?

Economie, santé, bien-être… quel podium pour la France ?

Article4 Article5 Article8

Les seniors font de la résistance

L’entraide n’a pas d’âge

Quel futur pour les seniors ?


Autre article écrit par Philippe Lesaffre

Lucile Erb : « La fondation Siel Bleu s’occupe des personnes fragilisées »

9   Lucile Erb est responsable marketing et communication chez Siel Bleu. Elle nous...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.