Fabrice Maruca : « Les grands-mères c’est beau, c’est graphique »

© DR

Elles sont quatre, elles ont entre 75 et 80 ans, elles sont de fringantes vieilles dames et elles racontent des blagues salaces truffées de gros mots. Loin de la mamie Nova et son pot de lait, ces mamies-là officient depuis cinq ans sur Arte dans la série la Minute Vieille. Nous avons rencontré Fabrice Maruca, l’auteur et réalisateur de ce shortcom à la française quelques jours avant le tournage de la quatrième saison qui enverra les protagonistes sur leur lieu de vacances.

Des vieilles dames en héroïnes d’une série télé, ce n’est pas banal ? Comment t’est venue l’idée ?
Cela faisait longtemps que je voulais faire quelque chose à partir du vivier de blagues salaces qui existe. Plein de gens ont tenté des mises en scène de ces blagues mais je pense que pour fonctionner une blague doit être racontée. Alors j’ai imaginé des vieilles dames pour le faire. Ce sont les personnes que l’on attend le moins sur ce registre. La vieille dame est véritablement l’antithèse de la blague salace.

Quand tu as proposé le projet, comment a-t-il été accueilli par les télés ?
Au départ, il s’agissait d’un pilote, je ne pensais pas faire une série. Je voulais réaliser un bel objet de deux minutes dont je sois fier. Le pilote de la Minute vieille a été tourné et finalisé en décembre 2008. Et puis des personnes m’ont dit que ça ferait une bonne série. J’ai parlé du concept à un producteur qui a aimé. Il l’a proposé à Canal qui s’est tout de suite dit très intéressé. Au bout d’un an et demi, la chaîne a finalement abandonné le projet. Pendant trois ans nous avons démarché toutes les chaînes. A chaque fois, ça capotait au dernier moment. Les gens avaient peur en fait. Et puis en 2011, j’apprends par une amie qui travaille pour Arte que la chaîne cherche des programmes courts. Le lendemain, mon producteur déposait le projet de la Minute Vieille. Là encore, cela n’a pas été de tout repos, à quatre jours de sa date de démarrage, le tournage a été ajourné de six mois…

Pourquoi les chaînes ont-elles eu peur de diffuser cette série, quelle explication te donnaient-elles ?
La phrase que les chaînes disent dans ces cas-là c’est : « on n’a pas de case pour ce type de programme ». En fait il n’y a jamais de case jusqu’à ce que ce soit vu. Mais cette série s’est faite. Elle est passée pour la première fois l’été 2012 et elle a marché. Puis, il y a eu une saison 2, le prix à la Rochelle, une saison 3 puis une 4e maintenant.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Fabrice Maruca dans notre dossier interactif Vieillir en 2016, c’est grave ? disponible sur la boutique en ligne de respectmag.com.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Article2 Article3 Article6

Les seniors sont-ils trop jeunes pour être vieux ?

Emploi : l’expérience discriminée ?

Economie, santé, bien-être… quel podium pour la France ?

Article4 Article5 Article8

Les seniors font de la résistance

L’entraide n’a pas d’âge

Quel futur pour les seniors ?


Autre article écrit par Alexandra Luthereau

Serge Guérin : « Un senior est toujours un acteur social »

40   Ceci est un extrait tiré de notre dossier interactif Vieillir en 2016,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.