Grands-parents et écolo, le militantisme n’a pas d’âge

© DR

Ceci est un extrait tiré de notre dossier interactif « Vieillir en 2016, c’est grave ? »

Loin de n’appartenir qu’aux jeunes, l’engagement associatif interpelle la génération des seniors. Avec plus de temps libre, de moyens, d’expériences et de contacts, les seniors sont les militants rêvés pour faire bouger les lignes en faveur de grandes causes citoyennes. Ces retraités activistes sont plus déterminés que jamais à faire évoluer les choses pour léguer un monde meilleur. Préoccupés par les défis écologiques, certains se sont regroupés dans une association qui revendique haut et fort : « Après nous, pas de déluge ! ». Entretien avec Estelle Le Touzé, 70 ans, grand-mère de cinq petits-enfants et co-fondatrice de Grands-parents pour le Climat.

Après l’engagement de grands-parents originaires de sept autres pays, vous créez en juin 2014 la « branche » française. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce concept ?
Ça avait une certaine pertinence. Je ne parle même pas de la bataille en faveur du climat, ça c’est évident, j’étais déjà convaincue. Je parle de cet angle « grands parents » et relation intergénérationnelle. Un senior peut décider de rester dans sa bulle et puis point, il se dit qu’il a tous les droits. J’ai 70 ans et croyez-moi c’est un discours que j’entends beaucoup. On a des droits mais on a aussi des devoirs, des responsabilités. Nous sommes des citoyens. En tant que tels, ayant une descendance ou pas, nous avons une responsabilité et devons apporter notre contribution dans cette bataille.

Que ce soit des grands-parents qui apportent ces messages, qu’est-ce que ça change ?
Nous nous sommes rendus compte que dans notre catégorie d’âge, cette question de l’écologie est relativement peu portée. En prenant cet angle d’entrée, celui de la responsabilité générationnelle, c’est une façon d’attirer l’attention. Ça marche ! Nous sommes des têtes grises, nous avons des petits-enfants et une image plutôt positive. Que l’on se préoccupe de cette question n’est pas rassurant pour ceux qui nous entendent. Ils se disent : « Mince, ça doit vraiment être grave. Je devrais peut-être faire quelque chose ». En tant que modeste et toute jeune institution, on s’est beaucoup impliqué dans l’action de la société civile pendant la COP 21. Nous avons donné une visibilité particulière à une catégorie de personnes qui lançait un signe par leur présence et leur prise de parole. C’est un acte volontaire de distinction positive, si je puis dire.

Avez-vous le sentiment que le réchauffement climatique est l’héritage de votre génération ? Votre génération a-t-elle un sentiment de culpabilité ?
Nous essayons autant que possible de ne pas nous inscrire dans la culpabilité. A l’époque nous avons subi, positivement ou négativement, un choix général. Alors, on pourrait s’enfermer là-dedans, se dire qu’on a vraiment été des salopards. Mais nous devons regarder vers le futur et comprendre que ça devient difficile pour les générations qui vivent aujourd’hui et que ça le sera encore plus pour celles qui vont arriver. On n’est pas coupables, on est responsables.

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Estelle Le Touzé, co-fondatrice de Grands-parents pour le climat, dans notre dossier interactif « Vieillir en 2016, c’est grave ? »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Article2 Article3 Article6

Les seniors sont-ils trop jeunes pour être vieux ?

Emploi : l’expérience discriminée ?

Economie, santé, bien-être… quel podium pour la France ?

Article4 Article5 Article8

Les seniors font de la résistance

L’entraide n’a pas d’âge

Quel futur pour les seniors ?


Autre article écrit par Charline Fornari

Le gouvernement s’engage à lutter contre le harcèlement dans les transports

 3  Jeudi, le gouvernement présentait un plan national de lutte contre le harcèlement...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.