Street-art : Rosa Parks s’affiche à Paris

Street-art : Rosa Parks s'affiche à Paris / Crédit photo : Valérie Aider
© Valérie Aider

L’association GFR, initiatrice de projets d’arts de rue dans le Nord-Est de Paris, a mis en œuvre l’exposition de street art rue d’Aubervilliers, au carrefour entre le 19e et le 20e arrondissement parisien. L’idée : réfléchir sur la notion de vivre ensemble, valeur que défendait Rosa Parks, l’icône de la lutte contre les discriminations raciales aux Etats-Unis dans les années 50.

La rue d’Aubervilliers rend hommage à Rosa Parks, jeune femme noire qui, en 1955, a refusé de céder sa place à un homme blanc, comme la loi l’y obligeait. Une exposition murale, « Rosa Parks fait le mur », longue de 400 mètres, inaugurée en samedi 19 décembre, met en avant les valeurs que la couturière américaine défendait, soit le vivre ensemble, les droits civiques et la force d’agir. Elle regroupe le travail des street-artistes Bastardilla, Tatyana Fazlizade, Kashink, Katjastrophe et Zepha. Mais pourquoi, Rosa Parks ? L’inauguration correspond à l’ouverture récente de la gare RER du même nom, située près de la Porte d’Aubervilliers.

C’est l’association Génération Freedom Ride (GFR) qui a mis en œuvre ce programme culturel de rue. Spécialisée dans la réalisation de projets d’arts participatifs et de spectacles vivants dans le Nord-Est de Paris, l’association porte le nom de son premier programme, un projet de documentaire sur les mouvements des droits civiques. Au début de l’année, la mairie du 19e arrondissement de Paris la contacte et lui propose de revaloriser cette voie publique située au cœur d’une zone cosmopolite. Un projet qui entre dans le cadre du budget participatif, promis par Anne Hidalgo, permettant aux habitants de la capitale de voter, chaque année, pour des projets d’investissement. Lors de la première édition, en 2014, les Parisiens avaient décidé d’apporter leur soutien à une des idées proposées, visant une « reconquête urbaine ».

Street-art : Rosa Parks s’affiche à Paris / CREDIT : Véronique Drougard / GFR

Des débats pour impliquer les habitants

L’idée, justement, c’est de reconquérir cet espace – la rue d’Aubervilliers – en faisant appel aux habitants du quartier. La fresque murale est censée, explique Martial Buisson, fondateur et président de l’association GFR, « refléter le quartier ». Cette dernière a, pour ce faire, mis en place entre octobre et novembre dernier des débats ouverts aux habitants de la rue et des alentours, sur les notions de vivre ensemble. Des ateliers de discussions auxquels se sont joints certains élus locaux et des membres de la société civile. « On a posé des questions telles que : “C’est quoi s’engager ?” ou “Comment agir ?” », explique Martial Buisson, qui évoque, également, un questionnement autour du dialogue interreligieux, ainsi que sur la liberté en présence de militants prônant la non-violence. L’association a suggéré aux artistes de venir assister aux conférences et a envoyé des rapports aux absents, puisque leur travail a consisté à retranscrire, dans leur œuvre, les échanges des habitants. Ces derniers, à qui l’on a aussi appris, au cours d’ateliers de travaux pratiques, comment réaliser des affiches militantes, ont pu s’essayer à la bombe de couleurs. « Mais c’était plutôt aux street-artistes d’incorporer les phrases entendues au cours des débats », ajoute le fondateur de GFR. Qui ajoute que « l’actualité a aussi influencé les artistes ».

Ces derniers ont commencé à peindre… trois jours après les attentats du 13 novembre. Dans les motifs dessinés, Il y est question, par exemple, d’état d’urgence, mis en place par le gouvernement pour faire face à la menace terroriste, mais aussi d’espoir pour les jeunes, dont certains finissent embrigadés dans des territoires en guerre, comme en Syrie, à l’instar des frères Kouachi, qui ont grandi rue d’Aubervilliers à partir des années 90. Il y est question, aussi, d’intégration au lendemain de l’évacuation de campements de migrants insalubres, comme celui du métro de la Chapelle, non loin d’ici.

Pour retrouver l’ensemble du programme de l’inauguration de l’exposition « Rosa Parks fait le mur ».

VOUS AIMEREZ AUSSI

chapitre-handicap2 chapitre-homophobie3 chapitre-inégalités4

Handicap : quel bilan pour l’accessibilité ?

L’homophobie est-elle en voie de disparition ?

Inégalités Femmes-Hommes : le combat continue

chapitre-religions6 chapitre-expression6 chapitre-attentats7

Religions : bientôt l’union sacrée ?

La liberté d’expression est-elle menacée

L’impact des attentats sur le vivre-ensemble


Autre article de Philippe Lesaffre

Waly Dia, l’humoriste en résistance

14   Humoriste franco-sénégalais, Waly Dia régale avec ses vannes sur les communautés. Sur...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.