HK et les Saltimbanks : « La peur ne doit pas être notre guide »

HK et les Saltimbanks : « La peur ne doit pas être notre guide » / CREDIT PHOTO : DR
© DR

Trois semaines après le drame des attentats qui ont touché Paris, et plus globalement le monde, la rédaction a choisi de laisser la parole à HK et les Saltimbanks, un chanteur engagé et populaire, qui décrypte les conséquences de ce drame, et ses risques de récupération politique. Il adresse aussi un message d’apaisement. Son remède ? Continuer sans relâche à entonner l’hymne du vivre-ensemble.

Est-ce difficile d’être un artiste engagé aujourd’hui ?
HK : Non, au contraire. C’est d’autant plus nécessaire et vital. Il y a pas mal d’artistes qui diront qu’ils sont déconnectés, qu’ils se fichent de l’engagement, qu’ils préfèrent chanter des choses futiles. Ils se rendent compte, peu à peu, qu’il y a des messages à faire véhiculer, que l’on se doit de porter un message.

Suite au drame des attentats du 13 novembre, l’union sacrée peut-elle s’inscrire dans la durée ?
HK : Le tout est d’être clair, de savoir quelles valeurs on porte. Les humanistes au sens large doivent se retrouver, être connectés, pour faire front et face ensemble. Hélas, nous évoluons dans un monde cynique où des gens veulent tout récupérer, tout le temps. Le sang n’a pas fini de couler qu’ils pensent déjà à leurs carrières. Mais ce qui m’intéresse, c’est que l’on arrive à se retrouver, à avancer, à construire ensemble. Plus que jamais, d’avoir envie de danser ensemble.

Est-ce que l’ouverture aux autres est un moyen de combattre la radicalisation ?
HK : La radicalisation, mais aussi la xénophobie, le terrorisme, les peurs. Le risque qui se présente à nous, c’est celui d’une dictature de la peur. On voit que c’est un peu le chemin qui est en train d’être pris. C’est tout sauf ça qu’il faut. Nous avons tous peur, il ne faut pas le nier, mais ce sentiment ne doit pas nous dominer. La peur ne doit pas être notre guide, notre boussole. On ne vit pas dans le monde des Bisounours, on doit être vigilant, mais de peur de mourir on ne doit pas s’interdire de vivre.

La politique a-t-elle un rôle à jouer ?
HK : J’ai une conscience très limitée politiquement. Qu’ils fassent leur travail à tous les niveaux. Le problème, c’est que nous vivons dans une ère de communication. Dès qu’il y a des drames, une des premières personnes qu’un ministre va appeler, c’est son conseiller en communication. Qu’ils oublient ce système électoral et cette manière électoraliste de voir les choses. La surenchère sécuritaire et le discours guerrier auxquels nous assistons ne sont pas bons. Mais ce qui m’intéresse, ce n’est pas ce que les politiques peuvent faire, mais ce que nous pouvons faire.

Nous sommes à un jour des élections régionales. Comment analyses-tu la poussée du Front National ?
HK : C’est le résultat d’un travail de sappe médiatique de ces 5, 10 dernières années. Quand on voit Eric Zemmour à la télé où qu’on l’entend à la radio, qu’Alain Finkielkraut nous dit qu’il y a trop de noirs, d’arabes et de musulmans, il ne faut pas s’étonner. Il y a aussi le contexte actuel, et il ne faut pas le nier, de ces vagues d’attentats. Les terroristes jouent le jeu de « conforter » les thèses xénophobes du Front National. Je parlais de média, qui est un canal qui met très en valeur Marine Le Pen, on ne parle presque plus que d’elle. Ce matraquage médiatique a fait que cette société a déviée petit à petit. A chacun de nous de faire ce travail de vivre-ensemble. Dans mon quartier, j’avais des voisins portugais, italiens, maghrébins, et c’était merveilleux.

HK et les Saltimbanks : « On lâche rien »

VOUS AIMEREZ AUSSI

chapitre-handicap2 chapitre-homophobie3 chapitre-inégalités4

Handicap : quel bilan pour l’accessibilité ?

L’homophobie est-elle en voie de disparition ?

Inégalités Femmes-Hommes : le combat continue

chapitre-religions6 chapitre-expression6 chapitre-attentats7

Religions : bientôt l’union sacrée ?

La liberté d’expression est-elle menacée

L’impact des attentats sur le vivre-ensemble


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

La diversité dans l’emploi : 10 ans après, quel bilan ?

76   Le Top 10 des recruteurs de la diversité, qui s’est tenu hier...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.