En quête d’identité (s): « C’est quoi le problème? La France ou nous? »

En quête d'identité diversité Crédit : Collectif BKE
© Collectif BKE

Des lycéens d’Évry sont partis au Canada en quête… d’eux-mêmes ! Le résultat un documentaire d’Elie Séonnet « En quête d’identité(s) » questionne le modèle d’intégration à la française…

Mélissa, Hicham, Déborah… Un groupe de dix-sept jeunes du lycée professionnel Baudelaire d’Évry, dans l’Essonne, se sont demandés ce qui « cloche » en France dans notre modèle républicain. Un modèle dans lequel certains enfants, issus de l’immigration et de la banlieue, se sentent exclus. Filmés par Élie Séonnet, réalisateur de la SCOP audiovisuelle locale BKE, ces jeunes ont été voir en février dernier si à Montréal l’herbe était un peu plus verte. En ressort un documentaire « En quête d’identité(s) qui évite les clichés et les jugements à l’emporte-pièce en amenant les jeunes à se faire une idée avec des acteurs de la vie québécoise: classe d’accueil, éducateurs, française installée à Montréal, membres du tissu associatif : « On a essayé d’être équilibrés. » explique Élie Séonnet. « Le dispositif du voyage avec les jeunes ne nous a pas permis d’aller en profondeur dans la comparaison entre la France et le Canada. De creuser avec des explications sociales, historiques. Être avec des jeunes impliquait d’être dans du vécu, du partage d’expérience. »

De l’Essonne à Montréal

L’aventure a germé il y a trois ans grâce à une rencontre avec Floryd Mbakata, militant de l’association locale anti-raciste « Réagir 91 »: « Il a lui-même eu une expérience assez forte à Montréal. Il a déjà emmené un groupe de jeunes en rupture sociale à Montréal, dans le cadre de Pôle Emploi. Il a une bonne connaissance de la façon dont les québécois appréhendent ces questions. Ça lui a servi comme miroir pour mieux comprendre les problèmes de racisme ordinaire qu’il a subi en France. »

Mais alors qu’en est-il de ce fameux modèle québécois? « Leur immigration n’a pas le même passé colonial que celle qu’on reçoit en France. Il y a une plus grande aptitude à la négociation. Ce n’est pas «Vous devez vous adapter à nos règles. » mais plutôt: « Venez avec vos différences et on va voir comment on va vivre les uns avec les autres. » Dans l’Histoire récente du Canada, après celle des autochtones, les populations anglaises et françaises ont du cohabiter avec des cultures différentes. Une société basée dès le début sur le compromis. » Du reste, la séquence dans la classe d’accueil témoigne de cette volonté d’intégrer les nouveaux arrivants: « Le modèle francophone québécois risque de disparaître. Du coup il y a une politique très volontariste. Chaque nouveau migrant est accueilli comme un francophone potentiel. C’est un pays jeune qui sait encore accueillir les gens. »

 Sans pour autant faire d’angélisme.. « Comme en France en ce moment il y a des débats politiciens nauséabonds autour de l’Islam. La situation des autochtones reste complexe… » Une partie du film est tournée à Montréal nord, un quartier socialement défavorisé: « Ces derniers mois encore il y a eu beaucoup de violences à Montréal nord. Plusieurs jeunes se sont fait tuer. »

 « On est français comme ci, comme ça »

 Paradoxalement, à la fin du voyage les lycéens ressortent avec un plus grand sentiment d’appartenance à la France: « Malgré tous les défauts de ce pays c’est ici qu’est leur vie. S’ils ont envie d’améliorer les choses c’est en partie avec eux que ça devra se faire. Ils reviennent avec encore plus de revendications en tant que français. Ils ne sont pas contre la France. Ils ont simplement envie d’être acceptés comme ils sont.  On est français mais comme ci, comme ça et on veut que ce soit reconnu! »

Le documentaire est en ligne sur le site web de TV5 Monde jusqu’au 10 décembre.

Le site web du documentaire

VOUS AIMEREZ AUSSI

CHAPITRE 1a CHAPITRE 6 CHAPITRE 2a

Histoire d’une immigration à la française

En immersion dans la Jungle, le camp de la honte (photoreportage)

Doit-on compter les immigrés ?

CHAPITRE 3a CHAPITRE 4article CHAPITRE 5article

Immigration : le poids des clichés, le choc des réalités

Immigrés et migrants : des parcours de combattants

Migrants : pourquoi ne choisissent-ils plus la France ?


Écrit par
Autre article de Julien Le Gros

Sidney, parrain de Paris Hip Hop 2015: « Le Hip hop est né d’un creux social »

1.6K   Pour ses dix ans le festival « Paris Hip Hop », qui s’achève ce...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.