Pascal Tessaud: « Brooklyn est un hommage aux grands-frères de quartier »

© UFO Distribution

Depuis « La Haine » en 1995, il y a eu beaucoup de films en banlieue, avec plus ou moins de bonheur. « Brooklyn », qui sort en salles ce 23 septembre, est une œuvre sincère et vraie, loin des clichés sur le 9-3.

Première fiction de Pascal Tessaud « Brooklyn » n’est pas pour autant l’œuvre d’un novice. Le 93 le réalisateur le connaît bien pour en avoir arpenté les pavés. Surtout ceux de Saint-Denis la belle rebelle, où il a été animateur social pendant trois ans: « J’avais envie de faire un film sur cette ville que j’adore. » explique Pascal Tessaud. « J’ai travaillé avec beaucoup de slameurs et rappeurs dyonisiens que j’avais envie de filmer. Parler de la transmission au sein d’une association musicale, avec les galères, le rapport à l’autorité, les conflits de génération, d’intérêt. » Le personnage féminin de Coralie alias Brooklyn, incarné par KT Gorique, véritable rappeuse suisse dans la vie, tente de trouver sa place au sein de ce microcosme. Elle est aidée par un grand-frère de quartier: Yazid, joué par Jalil Naciri (déjà vu dans « Munich » de Spielberg NDLR) « Il l’accueille avec bienveillance, sans chercher à la distinguer des gens du cru. Il accepte une fille dans un univers assez viril. Il y a un état d’esprit dans le 93 qu’il n’y a pas forcément ailleurs. J’ai voulu valoriser ces mélanges culturels, générationnels. »

Un certain cinéma urbain

Film à petit budget pour lequel le réalisateur a mouillé la chemise financièrement « Brooklyn » est en droite ligne d’un cinéma indépendant urbain inventif, fait avec peu de moyens, « à l’arrache ». Au sein de cette famille artistique Djinns Carrénard dont le « Donoma » a été fait, entre guillemets, avec 150 euros, Jean-Pascal Zadi, réalisateur de « African gangster », ou encore Carine May et Hakim Zouhani avec « Rue des cités » en 2011. C’est d’ailleurs un ami de Pascal Tessaud le créateur de « Rengaine » Rachid Djaidani qui l’a incité à se jeter à l’eau. « Avec la révolution numérique on peut avoir une vraie image cinéma sans être obligé de demander l’autorisation au système. J’ai fait des économies. On faisait la bouffe nous-mêmes. On tournait avec des amis figurants. On se faisait prêter du matériel son et lumière. On négociait des tarifs pas trop élevés au studio Mains d’oeuvre à Saint-Ouen. C’est de la débrouillardise! Comme pour produire un album de rap indépendant dans sa cave. La marge de la société française est de moins en moins bien filmée. Ce n’est qu’en allant dans le maquis, sans argent, qu’on arrive à faire des choses qui sortent de l’ordinaire. Avec des gens qui n’auraient jamais eu accès à un premier long métrage autrement. »

Talents brut

Car le film laisse la part belle aux talents des quartiers, issus de la scène urbaine. Le personnage de Issa, en rivalité avec Brooklyn, est incarné par Rafal Uchiwa, finaliste Ile de France du concours End of the weak en 2013. Entre réalité et fiction on y croise d’authentiques artistes du territoire: Despee Gonzales, Babali Show, Ursa Major, la danseuse Sarah Guem… ou d’ailleurs comme Blade MC. Une captation d’un live de Milk Coffee Sugar à la Villette a même été intégrée. Mais la révélation du film c’est KT Gorique qui crève l’écran: « Un jour je suis tombé sur une vidéo du championnat du monde « End of the weak » de 2012. J’ai vu une métisse de 1 mètre 50 rapper en français devant le public new-yorkais. Je suis allé chez elle à Martigny, une ville dans les montagnes, pas du tout ghetto! Je lui ai fait faire un essai d’improvisation avec un acteur. Je l’ai trouvée fantastique, avec un talent brut. Comme elle a un petit accent suisse j’ai réécrit le scénario. » On n’a pas fini d’entendre parler de Kt-Gorique ni de « Brooklyn »!

Marc Levine réalisateur de Slam et  Gael Faye, rappeur soutiennent Brooklyn.


Autre article écrit par Julien Le Gros

En quête d’identité (s): « C’est quoi le problème? La France ou nous? »

90   Des lycéens d’Évry sont partis au Canada en quête… d’eux-mêmes ! Le...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.