Expulsion des camps roms en France: cartes et statistiques

Expulsion des camps roms en France
© Alexis Nys / Flickr

Menacés d’expulsion, les habitants de l’un des plus anciens bidonvilles roms de France, installé depuis 2008 en Seine-Saint-Denis, ont lancé une pétition. En quelques jours, ils avaient déjà recueilli plus de 2300 signatures électroniques. Retour sur les conditions de vie de la communauté Rom en France.

La mairie communiste de La Courneuve, commune de la banlieue nord de Paris, a demandé l’expulsion du camp du Samaritain, installé depuis 7 ans. Elle pourrait avoir lieu dans les prochaines semaines, selon l’association Médecins du Monde.
« Nous ne cherchons pas de passe-droit », écrivent les pétitionnaires. « Dans une ville communiste qui a construit sa réputation sur une tradition de solidarité, la situation semble complètement absurde. Il ne nous reste que peu de temps pour convaincre le maire (…) d’annuler sa demande d’expulsion qui enverrait 300 hommes, femmes et enfants dans les rues », ajoutent-ils sur le site Change.org.

Le 20 juillet, le collectif « Romeurope » avait déjà publié un communiqué dans lequel il demande un « moratoire des expulsions sans solutions de famille vivant en bidonville » : « Chaque expulsion est un nouveau drame humain pour les familles qui sont forcées de trouver, en urgence, un autre abri de fortune sur un nouveau terrain ou dans les rues des grandes agglomérations en rompant avec toute attache territoriale. Ces opérations policières ont des conséquences humaines et psychologiques importantes pour ces familles sans cesse sous pression. Elles aggravent la situation des personnes en interrompant le suivi social et sanitaire organisé par les associations. Elles renforcent également l’exclusion de nombreux enfants en empêchant leur accès durable à l’école. »

Le camp du Samaritain, coincé entre l’autoroute A86 et les voies du RER B, est présenté par ses habitants comme « le plus vieux bidonville de France ». Les camps de roms, particulièrement nombreux en Seine-Saint-Denis, sont généralement expulsés au bout de quelques mois.

En France, la Délégation interministérielle à hébergement et à l’accès au logement (DIHAL) recensait, en 2014, près de 394 camps pour 16 949 individus répartis sur l’ensemble du territoire :

Carte camps de roms - crédit DIHAL

Dans un communiqué, la mairie de La Courneuve a justifié sa demande d’expulsion, initiée en 2013:  « la Courneuve comptait 11 lieux occupés illégalement sur lesquels vivaient dans des conditions humaines et sanitaires tout simplement indignes de notre société jusqu’à 2 000 personnes ».
Organisé autour d’une « église » construite par les habitants, une grande salle colorée au centre du campement, le bidonville accueille 80 familles, selon l’association La Voix des Roms.
Les expulsions de bidonvilles, qui doivent depuis une circulaire de 2012 être précédées d’un diagnostic social et accompagnées de propositions d’hébergement, sont monnaie courante en Seine-Saint-Denis. Mais les associations voient dans le camp du Samaritain un exemple des actions d’intégration et d’accompagnement qui peuvent être menées lorsque les habitants peuvent rester dans la durée.
La plupart étaient suivis par des médecins, « un quart des hommes a pu avoir un contrat de travail » et un projet de « sortie du bidonville » avec des formations et des emplois espérés, était proposé par la Fondation Abbé Pierre et Médecins du Monde (MdM), souligne Nathalie Godard de MdM.
Il s’agissait de proposer « une alternative à l’expulsion qui viendrait de la société civile et ne coûterait pas d’argent à la ville », regrette Jozsef Farkas, 17 ans, un habitant du bidonville qui coordonne la mobilisation.
La mairie de son côté affirme n’avoir « pas été impliquée » dans ce projet et s’y oppose de peur qu’il ne tende « à pérenniser les bidonvilles ».

Ailleurs en France, la situation montre que, de 8455 et 9404 roms évacués respectivement en 2011 et 2012, les évacuations ont augmenté en 2013 pour atteindre les 21 537 roms. L’étude de la ligue des droits de l’homme, réalisée en janvier 2014, est à cet égard explicite :

Les évacuations des Roms en France

© 2015 AFP


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

A quand la diversité sur grand écran ?

6018  La diversité a-t-elle sa place dans le cinéma français ? La question est...
Lire la suite

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.