Le gouvernement s’engage à lutter contre le harcèlement dans les transports

Rame de métro parisien
© Clicsouris / CC BY-SA 3.0

Jeudi, le gouvernement présentait un plan national de lutte contre le harcèlement dans les transports. Cette action entend réduire ce type de violence, subie par 100% des femmes, selon une étude menée par le Haut Conseil à l’égalité entre les Femmes et les Hommes en 2014.

A Paris, hier, s’est déroulé la présentation d’un nouveau plan national destiné à lutter contre le harcèlement sexiste et la violence sexuelle dans les transports. Ce plan en 12 points a été présenté par le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, la secrétaire aux droits des femmes Pascale Boistard et le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalis.

Parmi les 12 engagements, le plan de lutte entend mener une grande campagne de sensibilisation ainsi qu’une formation du personnel des transports. Des numéros d’urgence seront mis en place (3117 pour la SNCF et 3246 pour la RATP) et permettront de signaler toute agression ou comportement de harcèlement.

D’autres mesures seront expérimentées pour lutter contre le harcèlement dans les transports. « L’arrêt à la demande » pour les autobus de nuit permettra aux usagers de ne pas marcher longuement dans les rues peu sécurisées pour rejoindre leur logement. Des « marches participatives » seront également mises en place. Elles permettront à des usagères de se déplacer dans des stations de gare ou de métro et dans des rames afin d’identifier les zones à sécuriser davantage (vidéoprotection ou éclairage par exemple).

La mise en place de ce plan national de lutte contre le harcèlement dans les transports intervient un an après la saisie, par le gouvernement, du Haut Conseil à l’égalité entre les Femmes et les Hommes. L’organisme indépendant, chargé de mener une étude approfondie sur cette problématique, constatait alors un phénomène d’une ampleur inconsidérée, estimant que toutes les utilisatrices des transports avait déjà été victime au moins une fois dans sa vie d’un acte de harcèlement ou de violence sexuelle.


Autre article de Charline Fornari

Acte 21, des pratiques artistiques accessibles à tous

109   C’est la rentrée au CRTH ! L’école Acte 21, du Centre Recherche Théâtre...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.