Face au cyberharcèlement, naviguez sur Internet sans craintes

Internet sans craintes
Crédits : Pexels

Fait encore sous-médiatisé, le cyberharcèlement prend des formes diverses, sournoises, et donc, très dangereuses. En France comme dans le monde, des initiatives se lancent pour le combattre. Respect mag fait le point.

Le 6 février dernier a eu lieu le « Safer Internet Day », qu’on pourrait traduire comme la « Journée de la navigation sur le web dans le plus grand des calmes ». Mis en place par le réseau européen Insafe, il a pour but de sensibiliser les jeunes et leurs parents aux risques que comporte une navigation libre et solitaire sur le web. Parmi ces risques, le harcèlement en ligne.

Le cyberharcèlement n’est pas un phénomène à prendre à la légère, tant, justement, il prend de l’ampleur. Selon un sondage de l’association e-enfance (en partenariat avec France Télévisions), 40 % des élèves de collège-lycée ont déclaré avoir déjà subi une agression en ligne. Autre donnée alarmante : 4 élèves victimes de cyberharcèlement se suicident chaque année en France. Ce qui en fait la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans.

Dans le monde, la situation est tout aussi préoccupante. Une étude menée par l’Internet Observatory (L’Observatoire de l’Internet), un institut sérieux et reconnu, mentionne qu’en Australie, par exemple, pas moins de 15 % des élèves de l’enseignement secondaire moyen rapportent avoir été les cibles de cyberharcèlement. Au Royaume-Uni, c’est plus 22 % de personnes sans distinction d’âge qui disent avoir été victimes de cyberharcèlement. Des chiffres, selon l’Institut, qui ne font que gonfler d’année en année.

Pour un Internet bienveillant, des solutions existent

Outre-Manche, pour stopper cette évolution et sensibiliser la population à ce fléau encore sous-médiatisé, l’association anglaise PAPYRUS – Prevention of the Young Suicide (« Prévenir le suicide des jeunes ») a publié cette vidéo :

En France aussi, des actions essaiment aussi pour tenter d’enrayer cette dramatique dynamique. Internet sans Craintes est un dispositif numérique national lancé par Tralalère, une start-up de production à vocation éducative et à destination des enfants et adolescents. Ce programme veut promouvoir un usage « récréatif du numérique », d’après sa coordinatrice Cécile Rousselle. Pour cette dernière, « le numérique peut être dangereux quand on ne sait pas l’utiliser correctement, et quand on ne sait pas se protéger. Mais quand on sait faire, c’est un outil absolument formidable pour se stabiliser, se faire des amis ».

Toujours selon Cécile Rousselle, les mécanismes de harcèlement sur Internet sont les mêmes que ceux qu’on trouve dans la vie réelle. « L’ampleur est néanmoins totalement différente. S’il n’existe pas de protection à 100 % des victimes, il existe quelques petites astuces, comme celles de protéger son compte, faire attention à ce qu’on partage sur Internet, ce qu’on met de soi aussi. » La responsable participe activement, au quotidien et partout en France, à faire de la formation et de la prévention aux risques de la navigation sur le web. Une pratique qu’elle appelle à considérablement démocratiser.


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

La diversité dans l’emploi : 10 ans après, quel bilan ?

7657  Le Top 10 des recruteurs de la diversité, qui s’est tenu hier...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.