E-Fabrik’ : un projet qui soude l’ingéniosité à la solidarité

EFabrik. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni

Initié par l’association Traces, le projet E-Fabrik’ vise à se réapproprier la technologie pour construire des objets utiles répondant aux besoins des personnes en situation de handicap.

C’est au collège que débutent habituellement les cours de technologie. Les jeunes y apprennent à se servir des outils numériques et à développer leur créativité. Mais ces compétences sont-elles toujours utilisées par la suite? Dans le but de transmettre leur passion pour les sciences, l’association Traces a mis en place des activités et des projets pédagogiques alliant technique et utilité. Parmi eux, le projet E-Fabrik‘. « Créé il y a deux ans, il s’adresse à des jeunes âgés entre 13 et 25 ans, pour la plupart en décrochage scolaire ou éloignés de l’emploi, désireux de participer à une action concrète et solidaire », explique Vanessa Mignan, responsable du pôle Engagement des publics chez Traces.

E-Fabrik’, trinôme gagnant

En avril 2017, à Sarcelles, des élèves de l’École de la 2e Chance faisaient partie des nombreux participants de la région Île-de-France. Mis en relation avec des résidents de la Maison d’accueil spécialisée Odette Savage, ils ont cherché et imaginé des objets adaptés aux besoins de ces personnes en situation de handicap. Pour les construire, ils ont bénéficié de formations et d’outils numériques délivrés par les makers de la coopérative Poincarré de Saint-Denis. Une structure collaborative qui met à disposition des citoyens un atelier de création numérique et informatique (FabLab). « À l’issue d’un parcours de deux semaines, en plus d’avoir donné corps à leurs idées, ils ont acquis des compétences techniques et sociales à mettre en valeur sur leur CV », se félicite Vanessa Mignan, qui entend bien prouver que la science est un levier puissant de cohésion et d’émancipation.

Première rencontre : Première journée à la MAS Odette Savage pour les élèves de l’École de la 2e Chance, et première rencontre avec les résidents en situation de handicap. « Au début, tout le monde est un peu dans son coin, observe Vanessa Mignan. Mais au fur et à mesure, les liens se tissent. » Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Moment du vote : À l’issue de la première rencontre, les participants doivent réaffirmer leur volonté de s’engager dans le programme E-Fabrik’. Un carton vert pour « oui », un jaune pour « peut-être » et un orange pour « non ». À vue d’œil, le « oui » l’emporte. Le parcours peut commencer ! Il se déroulera sur trois semaines avec, au programme, une vingtaine d’ateliers. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Déblayer les pistes : Les participants sont ensuite répartis en petits groupes. Chacun composé de trois jeunes et d’un associé. L’associé est la personne en situation de handicap que les apprentis designers vont aider en créant un objet adapté à ses besoins. Clément, Abonia et Banupriya travaillent avec Pierre qui a du mal à saisir les cartes posées sur la table quand il joue à la bataille. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Maquette et phase de tests : L’objectif  est de proposer à Pierre différents objets ingénieux pour répondre à sa gêne. Pierre teste ensuite leurs maquettes, imaginées avec l’aide d’une designeuse. Après plusieurs phases de tests, ils valident ensemble un seul et même prototype que les trois apprentis vont concevoir au FabLab. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Découverte du FabLab : À Sarcelles, les participants ont pu bénéficier du matériel technique et numérique de la coopérative Poincarré de Saint-Denis. Ils ont notamment appris à se servir d’une imprimante 3D et d’une découpe laser. « En plus de développer des savoir-faire, E-Fabrik’ permet aux jeunes d’apprendre à travailler en équipe, prendre la parole en public et transmettre leurs compétences à leurs pairs », valorise Elza, formatrice à l’École de la 2e Chance. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Prototype distributeur de cartes : « C’est super, car ce distributeur de cartes sera aussi utile à d’autres résidents », note Nadia, éducatrice à la MAS. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Remise des prototypes : Comme celui des autres groupes, le prototype de Clément, d’Abonia et de Banupriya est terminé. De retour à la MAS, pas peu fiers, ils remettent leur distributeur de cartes à Pierre. Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni
Célébrer la solidarité : Au printemps 2017, tous les participants d’Île-de-France – 150 au total – se sont réunis lors d’une grande fête placée sous le signe des retrouvailles. Les apprentis makers, issus de l’École de la 2e Chance de Sarcelles, avaient invité d’autres de leurs camarades. « Fiers d’avoir mené à bien un projet concret et solidaire, ils ont insufflé à certains l’envie de se lancer à leur tour dans le parcours E-Fabrik’ », se réjouit Vanessa Mignan. Comme dit le dicton : « Les petits ruisseaux font les grandes rivières. » Crédit photo : Vanessa Mignan et Michela Aragni

Dès le 8 janvier 2018, E-Fabrik’ proposera une formation professionnalisante à 15 jeunes âgés entre 18 et 30 ans. Ce parcours, d’une durée de cinq mois, les amènera à devenir à la fois experts en fabrication numérique et connaisseurs du secteur du handicap et du médico-social. Les débouchés sont nombreux : référent numérique d’une structure handicap, assistant fabrication numérique, ergothérapeute, etc.


Autre article écrit par Louise Pluyaud Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *