Les visages du rap prennent la pose

Soprano vous salue. Crédits : David Delaplace

David Delaplace est photographe, amoureux de cet art noble qu’est le rap. Tellement « in love » qu’il a voulu en immortaliser les visages marquants dans un livre intitulé Le visage du Rap. Rencontre.

Comment est née l’idée de ce livre ?
Je suis photographe depuis maintenant quelques années. J’ai eu besoin d’un projet, car pour un photographe c’est très important d’en avoir un, bien à soi. Comme je travaille un peu dans le milieu du rap, j’ai pensé à faire un livre-photo, avec l’idée de remettre un peu de lumière sur des artistes oubliés avec le temps. Il y en a beaucoup, notamment dans la période des années 80 et 90. Tu vas voir des gars qui ont 15 ans, tu leur parles de MC Solaar, je ne suis pas certain qu’ils sachent qui c’est. Mais c’est l’époque qui veut ça.

Peux-tu nous raconter une rencontre qui t’as marqué ?
Il y en a eu beaucoup, mais je pense immédiatement à Big Brother Hakim. Il venait juste d’avoir un enfant et il est décédé quelques temps après. C’était quelqu’un de super heureux. Au départ, il ne voulait pas apparaître dans le livre, c’est quelqu’un de très pudique. Il a fini par le faire, après avoir longuement parlé lui et moi. Mac Tyer m’avait aussi beaucoup marqué, parce que c’est quelqu’un de très humain. Je l’apprécie notamment car il est très franc, très direct. Il ne met aucune barrière entre les gens. Je pense aussi à Oxmo Puccino, le premier à avoir accepté de participer à ce projet.

Oxmo Puccino / Crédits : David Delaplace

Est-ce que tu voulais aussi faire passer le message que le rap est vraiment de l’art, avec un vrai discours de fond ?
Le rap est la musique qui se vend le plus en France. Je mets par ailleurs au défi les ¾ de la chanson française de remplir un stade de France, comme le rappeur Soprano vient de le faire. À part Johnny Hallyday, je ne vois pas qui d’autre pourrait le faire. PNL remplir Bercy en un rien de temps. Kendrick Lamar a mis deux minutes à remplir la même salle ! Le dénigrement pour le dénigrement, c’est puéril. Je trouve ainsi inutile de dire : « Le rap d’untel n’est pas terrible. » J’ai donc essayé de montrer autre chose que le cliché du rappeur.

Où est-ce que tu as envie d’aller avec ce livre ? Que veux-tu en faire ?
Je veux rendre ce projet anthologique. Cela n’a jamais été fait, il est rare d’avoir autant de rappeurs aux sensibilités différentes sur un seul projet. Il y a en effet un mélange des époques et des genres du hip-hop qui est impressionnant. Ce livre peut servir de référence culturelle, s’il est bien utilisé et bien enseigné.

Le Visage du Rap, David Delaplace.

Pour commander le livre, c’est par .


Autre article écrit par Mounir Belhidaoui

Après ses propos sur les Roms, Jean-Marie Le Pen condamné en appel

    Le fondateur du Front National, Jean-Marie Le Pen, a été condamné en...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *