Les clichés sur les femmes asiatiques ? Cette websérie les démonte, et ça ne restera pas entre nous

Une blogueuse, Grace Ly, a décidé de lancer Ça reste entre nous, une websérie pour contrer ces clichés qui touchent particulièrement les femmes asiatiques. Tout y passe : le rapport aux parents, le couple, et l'image renvoyée par les hommes en France "qui aiment les Asiatiques"... Capture d'écran
Une blogueuse, Grace Ly, a décidé de lancer Ça reste entre nous, une websérie pour contrer ces clichés qui touchent particulièrement les femmes asiatiques. Capture d'écran

Le racisme envers les Asiatiques a fait quelques remous ces derniers mois. Pourtant, le débat a bien plus de mal s’installer. Une blogueuse a décidé de lancer Ça reste entre nous, une websérie pour contrer ces clichés qui touchent particulièrement les femmes.

Docile, bonne cuisinière et bonne masseuse, sans oublier le fantasme de la geisha… Les clichés sur les femmes asiatiques sont nombreux et plutôt costauds à déconstruire. C’est pourtant la tâche que s’est lancée la blogueuse Grace Ly, avec la websérie Ça reste entre nous. Française d’origine chinoise dans la trentaine, elle explore depuis quelques années ces questions de l’identité.

Le 19 février dernier, le pilote de la websérie a été publié. On y retrouve quatre copines autour d’une table du Goku Asian Canteen. Une réunion qui ne manque pas de faire penser aux mythiques séries américaines GIRLS et Sex and the City, le côté trash mis de côté. Nées en France ou à l’étranger, toutes discutent du rapport à la communauté de leurs parents, ou encore la préférence de ces derniers pour que leurs compagnons aient des mêmes origines qu’eux. « Mais je ne suis jamais sortie avec un Asiatique« , sort l’une d’entre elles.

Parmi les sujets abordés arrivent le rapport des hommes (ici) aux femmes asiatiques. Grace Ly prend alors la parole : « Je pense qu’à cette table, on a toutes été abordées une fois par un mec qui te sort : « J’adore les Asiatiques. » Généralement, ça part d’une bonne attention mais, en fait, ce que j’entends, c’est pas « Je te trouve belle, tu es asiatique », mais « Vous êtes toutes belles, interchangeables ». Ça me renvoie cette image où je ne me sens pas être moi, unique et complexe. Moi je suis un élément de cette image réductrice que lui a fantasmé dans son esprit où je suis la femme asiatique, assignée à être docile, douce, bonne mère, bonne cuisinière – parce qu’il aime manger – que je fais bien les massages et éventuellement les finissions si tu vois que le prix correspond ! »

Une plaidoirie réussie qui se conclut par une évidence (pour nous) : « Je pense qu’il faut dire à ces mecs que ce n’est pas une bonne approche de drague ! » On a hâte de voir la suite !


Ecrit par
Autre article écrit par La Rédaction

Un rapport du Sénat donne un carton rouge à la politique française de « déradicalisation »

    Un rapport de deux sénatrices pointent les dysfonctionnements en France, dans sa...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *